Comment apprendre l'arabe

L’importance de la dou’a contre l’injustice

Le février 27, 2022 , mis à jour le mai 13, 2022 — 6 minutes de lecture

Que dit l’Islam à propos de l’invocation de l’opprimé ?

D’après la législation islamique, l’opprimé(e) désigne celui ou celle victime d’injustice. Cette injustice est causée par l’oppresseur, aussi nommé : « l’injuste ».

Allah Azzawajal a accordé un droit important à la victime d’injustice, la preuve de cela résulte dans le fait qu’Allah exauce l’invocation de l’opprimé.

L’injustice désigne le fait de causer du tort à une personne, alors que celle-ci est initialement innocente de ce mal. Le Coran et la sunna ont mis en garde contre ce préjudice et les dangers qui peuvent en découler. L’invocation islamique en défaveur de l’injuste est sérieusement à craindre, en effet, d’après Anas Ibn Malik (qu’Allah l’agrée), le prophète Salla Allah ‘Alayhi wa Salam a dit :

  « Prenez garde contre l’invocation de celui qui subit une injustice, même si c’est un mécréant, car certes il n’y a aucun voile sur elle (*). »

(authentifié par cheikh al Albani dans son sahih al jami n°119)

(*) C’est-à-dire qu’elle est exaucée.

Allah Tout-Puissant dit dans le saint Coran :

« Les injustes n’auront point d’ami, ni d’intercesseur écouté. » ( Sourate Ghafir, verset 18)

« Et il n’y aura pas de protecteur pour les injustes. » ( sourate Al Hajj verset 71) 

Cette menace explicitement énoncée a pour objectif d’alerter tout croyant pieux, vertueux, désirant la réussite dans ce bas monde (douniya) et l’au-delà (al akhira).

Le musulman et la musulmane demeurant sur le droit chemin comprennent qu’il y a dans l’injustice une menace du courroux d’Allah Exalté Soit-Il. En effet, Allah Tabarak Wa Ta’ala a rendu sacrées toutes créatures. Ainsi, le mal causé injustement à un être humain ou à un animal est susceptible de provoquer malheur et châtiment divin. La preuve de cela se trouve dans un hadith authentique, où le dernier des Prophètes et Messagers, Mohamed Salla Allah ‘Alayhi wa Salam dit :

« Une femme a été châtiée pour avoir séquestré un chat jusqu’à ce qu’il meure. Elle entra à cause de cela en Enfer. En effet, elle ne l’avait ni abreuvé, ni nourri pendant qu’il était enfermé et, elle ne lui avait pas non plus laissé la liberté afin qu’il puisse se nourrir des insectes de la terre. »

[Bukhari et Muslim, riyad as-salihin n°1600]

Également, il incombe au croyant de savoir que l’invocation de l’opprimé est exaucée même si celui-ci est un mécréant, pervers et pêcheur. Le savant cheikh Salih Al cheikh ( qu’Allah le préserve) a expliqué dans son livre intitulé : « charh kachf choubouhate » que cela était dû au tawhid de la Seigneurie. C’est-à-dire que, tout comme la subsistance et la bonne santé, le mécréant peut jouir de bienfait d’Allah par Sa Permission.

Si Allah le Tout-Miséricordieux S’est accordé à exaucer la demande de l’opprimé mécréant alors qu’en est-il si l’opprimé est un serviteur dévot, patient sur le décret et la justice de son Seigneur ? De toute évidence, il y a là une menace pour l’injuste !

Quel comportement adopter en cas d’injustice ?

L’injustice, bien qu’elle soit initialement une épreuve pour le croyant, peut par la suite se révéler très bénéfique et devenir un grand bienfait ! Cela car, en plus d’être exaucé le croyant se verra purifié de ses péchés le jour du jugement dernier ! On trouve confirmation de ceci dans un hadith rapporté par Al boukhari qui est :

« Celui qui a lésé son frère dans son honneur ou autre chose, qu’il s’en acquitte auprès de lui aujourd’hui (dans ce bas-monde) avant qu’il ne se retrouve dans l’autre monde ou le dinar et le dirham ne seront plus rien. 

s’il a quelques bonnes œuvres, on en prend l’équivalent de son injustice pour le donner à la personne lésée, et s’il n’a aucune bonne action, on lui fait supporter en compensation une partie de ses péchés de sa victime. »  

On trouve un autre hadith du prophète Salla Allah ‘Alayhi Wa salam qui dit :

« Le moufliss de ma communauté est celui qui viendra le jour de la résurrection ayant fait la salat, ayant observé le jeûne et acquitté la zakat. Il vient après avoir avoir insulté celui-ci, frappé celui-là, accusé celui-là de dévergondage, mangé l’argent de tel autre, répandu le sang de celui-là. On répartit donc ses bonnes œuvres entre ses victimes et, si elles ne suffisent pas à le racheter auprès d’elles, on prend de leur péchés, on les jette sur lui et il est ensuite jeté en enfer. » (rapporté par Mouslim dans son sahih)

Quiconque lit les récits relatant la vie du prophète et de ses nobles compagnons verra qu’ils furent (qu’Allah les agrée) les personnes les plus éprouvées. Ainsi, la difficulté de l’épreuve va de pair avec la grandeur de la récompense, Allah Tout puissant éprouve ses serviteurs bien aimés afin de les purifier et de façon à ce qu’Il les rencontre avec le moins de péchés ! Ce qu’on retient de la sunna (parfois orthographiée sounnah et sounna) est que face à l’épreuve le croyant doit faire preuve de patience et résignation.

En effet, notre cher Prophète Mohamed Salla Allah ‘Alayhi Wa Salam fut frappé, calomnié, insulté de menteur, trahi et persécuté alors même qu’il n’a jamais rétorqué par le mal face à ses adversaires ! Plutôt, il remettait son affaire auprès d’Allah Azzawajal.

Comme pour chaque épreuve qui atteint et attriste le croyant, les recommandations à lui faire sont d’invoquer abondamment Allah Azzawajal lors des prosternations pendant ses prières quotidiennes. Aussi, de faire beaucoup de dhikr (évocation d’Allah) enfin, d’accomplir de bonnes œuvres telles que la lecture et la récitation du Coran et d’exprimer un repentir sincère (demande de pardon) envers Allah.

 

Umm Abdirrahman

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.