Comment apprendre l'arabe

Quelle invocation adresser à celui qui est malade ?

Le juin 27, 2022 , mis à jour le novembre 22, 2022 — 7 minutes de lecture

Quels que soient les événements que le musulman et la musulmane traversent dans leur quotidien ou dans leur vie en général, les invocations viennent leur tenir compagnie et leur rappeler la grandeur d’Allah car Il est certes Celui qui est capable de toute chose. Parmi ces invocations, nous pouvons citer celles concernant la santé : existe-t-il une invocation, une Douaa Chifa, de guérison, à adresser à Allah le Tout Miséricordieux ? Si oui, quelle est cette douaa à prononcer et à adresser à son Seigneur ? On vous répond dans cet article !  

La Douaa du musulman : un acte précieux pour chacun d’entre nous

Comme nous le savons, l’invocation, اَلدُّعَاءُ en langue arabe, que l’on retranscrit généralement par « Douaa » en phonétique, constitue une adoration chère aux croyants musulmans qui souhaitent, par celle-ci, se rapprocher de leur Créateur et Lui adresser leurs demandes. D’ailleurs, de nombreux passages coraniques incitent le serviteur croyant à multiplier les invocations adressées à son Seigneur. Par exemple, dans la sourate Al Baqarah (sourate coranique La Vache), Allah dit, dans une traduction rapprochée du verset 186 :

{Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi… alors Je suis tout proche : Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu’ils répondent à Mon appel, et qu’ils croient en Moi, afin qu’ils soient bien guidés.}

Dans le Saint Coran, verset 42 de la sourate Ta-Ha, Allah dit :

{Partez, toi et ton frère, muni de Mes Signes ; et ne négligez pas de M’invoquer.}

Ce magnifique passage du Saint Coran fait référence à un ordre d’Allah adressé au Prophète et Messager Moussa, ‘alayhi salam et à son frère, le Prophète Haroun. Dans son Tafsîr, ouvrage islamique expliquant le sens des versets et parfois appelé « exégèse », l’imam et savant Ibn Kathîr, qu’Allah lui fasse miséricorde, commente :

« {Partez, toi et ton frère, muni de Mes Signes} : Mes preuves manifestes et miracles. {et ne négligez pas de M’invoquer} : pour Ibn ‘Abbâs, qu’Allah l’agrée, « ne tardez pas », et ceci signifie : « Ne cessez pas de mentionner Allah, même lors de votre confrontation avec Pharaon, afin que la mention d’Allah soit pour eux un soutien et une force qui le brisera. »

En lisant des passages du Noble Coran (texte coranique), nous voyons bien que l’invocation est une adoration importante, valable aussi bien pour les Prophètes et Messagers que pour le reste de l’humanité.  

La douaa, un acte d’adoration important en Islam

Dans la Sunna (ou Sounnah) de notre Prophète et Messager Mouhammad ﷺ, nous retrouvons de nombreux hadiths authentiques nous rappelant la place importante que doit occuper les invocations dans nos vies.
  • Par exemple, d’après Abu Hourayrah, le Prophète ﷺ a dit, dans un hadith rapporté par At-Tirmidhî et authentifié par le savant Al Albani :

« Rien n’est aussi noble pour Allah que l’invocation. »

  • Autre exemple, dans un hadith prophétique rapporté par At-Tirmidhî et authentifié par Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, d’après le Compagnon Abou Hourayrah, le Prophète ﷺ a dit :

« Celui qui aime qu’Allah l’exauce dans les moments difficiles et de soucis, qu’il multiplie les invocations dans les moments de facilité. »

Ces hadiths nous montrent, une nouvelle fois, que les invocations, même durant les moments difficiles, sont importantes et occupent une position privilégiée auprès d’Allah. Bien sûr, bien d’autres actes sont essentiels et permettent aux musulmans pieux de se rapprocher de leur Seigneur. Parmi eux, nous pouvons citer le fait de mettre en pratique les cinq piliers de l’Islam (l’attestation de foi, la prière (ou « salat » en langue arabe), l’aumône, le jeûne du mois de Ramadan et l’accomplissement du pèlerinage selon la capacité), la récitation du Coran, le Livre d’Allah, les prières surérogatoires, les rendez-vous quotidiens à la mosquée en prosternation et à lire le Coran… Autant d’actes profitables pour l’ensemble des croyants afin de se préserver du mal de ce bas monde, de s’éloigner de l’illicite et d’espérer la récompense du Paradis le Jour de la résurrection, loin du châtiment de la tombe et de l’Enfer, in cha Allah.  

Ach-Chifa : la guérison est auprès d’Allah !

Et parmi les raisons d’invoquer Allah, il y a bien sûr la demande de guérison. Maladies chroniques, fièvre, santé fragile, diagnostic difficile, symptômes douloureux… La vie du musulman et de la musulmane est parfois jalonnée d’épreuves autour de leur santé. Dans ces cas-là, il est toujours bon de se rappeler que la guérison n’appartient qu’à Allah Seul. En effet, l’un des Noms d’Allah est الشافي – Ach-Châfî, Celui qui guérit. Certes, il ne fait nul doute qu’Allah ‘aza wa jall est Celui qui guérit aussi bien les maux du cœur que ceux du corps. Dans son ouvrage « Comprendre les Noms d’Allah », le savant Abd Ar-Razzaq Al Badr explique au sujet du Nom الشافي – Ach-Châfî :

« L’un des meilleurs moyens de solliciter Allah pour la guérison des souffrances et des maladies consiste à L’invoquer. Car Il est le Seul détenteur de la souveraineté. Il s’agit de reconnaître que la guérison se trouve entre Ses Mains uniquement et que nul ne peut être guéri si ce n’est avec Sa permission. »

Par ailleurs, il explique également dans son ouvrage :

« Il appartient au serviteur de savoir que les causes, aussi grandes et fortes soient-elles, sont liées au décret divin et à la prédestination. Elles n’y échappent point. Allah agit sur ces causes comme Il l’entend. S’Il le désire, Il maintient le principe de causalité et s’Il le souhaite, Il le change comme Il le veut. »

 

Existe-t-il une Douaa Chifa à adresser au malade ?

Selon la Sounnah prophétique, il existe plusieurs invocations qui ont été rapportées pour demander à Allah de guérir une personne.
  • Tout d’abord, dans les deux Sahih (Al Boukhari et Mouslim, qu’Allah leur fasse miséricorde), nous retrouvons un hadith où ‘Aisha, la Mère des croyants, relate que pour soigner un membre de sa famille, le Prophète ﷺ passait sa main droite sur lui et récitait :

« Ô Allah ! Seigneur des hommes, fais partir le mal. Guéris-le, car c’est Toi le Guérisseur. Il n’y a point de guérison si ce n’est la Tienne. Accorde-lui une guérison qui ne laisse aucune maladie après elle. »

(hadith rapporté par Al Boukhary 5351 et Muslim 2191)

  • Dans un autre hadith, rapporté par Abou Dâwoûd et authentifié par Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde ainsi qu’à tous nos savants, on rapporte l’invocation suivante de notre noble Prophète et Messager ﷺ :

« Je demande à Allah l’Immense, le Seigneur de l’immense Trône, de te guérir. »

En langue arabe, cette Douaa chifa s’écrit ainsi :

أسأل الله العظيم رب العرش العظيم أن يشفيك

  • Sachez enfin qu’il existe une autre formule qu’il est conseillé de prononcer en rendant visite à la personne malade. Cette formule consiste à dire en arabe :

لَا بأْسَ طَهُورٌ إِنْ شَاءَ اللهُ

Ce que l’on peut traduire en français par : « Ce n’est pas un mal. Que cela soit une purification pour toi, in cha Allah. »   Ainsi, invoquer Allah de nous accorder la guérison par une Douaa chifa est un acte louable et noble nous permettant de nous rapprocher de notre Seigneur. Et ce, au même titre que d’autres œuvres tout aussi profitables, comme apprendre le Coran, réciter des sourates et des versets du Coran (versets coraniques), rester sur le licite, lire des ouvrages islamiques… Et nous demandons à Allah d’accepter notre repentir, de nous accorder Sa bénédiction divine et de nous accorder une science profitable autour du Livre d’Allah, Parole de Dieu, et de la Sunnah du Prophète Muhammad ﷺ.

Oum Mouhammed

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.