Comment apprendre l'arabe

Quelques actes recommandés le jour du vendredi

Le juin 30, 2022 , mis à jour le octobre 31, 2022 — 8 minutes de lecture

As-Salamoaleykoum wa rahmatoLlahi wa barakatouh ! Nous voilà réunis pour découvrir un nouveau mot de vocabulaire arabe ! Le mot qui nous intéresse aujourd’hui est un mot contenant plusieurs sens et que nous sommes amenés à citer régulièrement. Il s’agit du mot : Khotba. Que signifie ce mot arabe ? Dans quels contextes l’utilisons-nous ? Est-il cité dans le Coran ? Nous vous répondons ci-dessous !  

Le discours du vendredi et lors des fêtes de l’Aïd

Le premier sens du mot « Khotba » en Islam, qui s’écrit خطبة en langue arabe, est le sermon, le prêche que prononce l’imam d’une mosquée lors de la prière du vendredi (joumouah). Et lors des deux prières de l’Aïd : l’Aïd Al Fitr (après le jeûne du mois de Ramadan) et l’Aïd Al Adha, qui intervient le 10ème jour du mois de Dhul Hijja, le mois du pèlerinage à La Mecque, en Arabie saoudite. Concernant le prêche du vendredi, il vient précéder les deux unités de prière que chaque musulman et musulmane accomplissent derrière lui. Dans la sourate Al Joumoua (sourate coranique Le Vendredi), Allah ‘aza wa jall dit, dans une traduction du sens du verset 9 :

{Ô vous qui avez cru ! Quand on appelle à la Salat du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allah et laissez tout négoce. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez !}

Cette prière remplace alors celle de Dohr, l’une des cinq prières quotidiennes obligatoires, faisant partie des piliers de l’Islam. Et ce, au même titre que l’attestation de foi, le Ramadan (ou Ramadhan), le versement de l’aumône (zakât), la prière et le hajj à La Mecque, pour celui qui en a la capacité. Lors de ce rendez-vous hebdomadaire propre à la religion musulmane, les musulmans de France et d’ailleurs ont l’occasion de prier, de multiplier les invocations mais aussi d’écouter le prêche et de prier derrière l’imam de la mosquée. Cette pratique de l’Islam est également l’occasion de faire preuve de fraternité et d’entraide en saluant ses frères et ses sœurs et de resserrer les liens des membres du culte islamique.  

Comment se déroule la prière du vendredi en Occident et en Orient ?

Le jour du vendredi, la communauté musulmane aime se préparer pour assister à la prière. Celle-ci peut aussi bien se dérouler dans un centre islamique que dans une mosquée (la mosquée de Paris par exemple), une association islamique, ou encore, un centre culturel islamique.
  • Arrivés au lieu de culte, chaque fidèle accomplit deux unités de prière en guise de salutation de la mosquée, conformément au hadith rapporté par Abu Dawoud et authentifié par Cheikh Al Albani, dans lequel le Prophète et Messager d’Allah ﷺ a dit :

« Lorsque l’un d’entre vous entre à la mosquée, qu’il ne s’assoit pas avant d’avoir prié 2 unités de prière. Puis, qu’il s’assoit s’il le souhaite. Ou qu’il parte pour faire ce qu’il a à faire. »

  • Puis, il écoute avec attention le sermon de l’imam (ou prédicateur), assis dans la salle de prière au milieu des autres fidèles musulmans venus raffermir leur foi et leur spiritualité.
  • Vient ensuite le deuxième appel à la prière (iqama) et chacun se lève, se met en rang et se prépare à prier les unités de prière derrière l’imam. Cette prière se déroule de la même manière partout, aussi bien dans le monde arabe que dans le monde asiatique ou occidental. Ainsi, tous les musulmans du monde partagent ce moment de recueillement et de prière. Bien sûr, il en est de même pour la Grande mosquée de La Mecque, où se trouve la Kaaba, et la Mosquée prophétique qui se trouve à Médine. D’ailleurs, la Khotba de l’imam de la Grande Mosquée de Mekkah est généralement retransmise sur Internet et sur certaines chaînes.
 

Le jour du vendredi, un jour particulier pour tout musulman

En plus du prêche du vendredi et de la prière dans les mosquées derrière les imams, le jour du vendredi s’accompagne de quelques actes vivement recommandés par la Sunna (ou Sounna) de notre Prophète sallaLlahu ‘alayhi wa salam.
  • Par exemple, il est conseillé d’accomplir les grandes ablutions, appelées en langue arabe : Ghousl. Et ce, en guide de purification. Il est également recommandé de se parfumer et de porter un bel habit. En effet, dans un hadith prophétique rapporté par At-Tabarani et authentifié par Cheikh Al Albani, il est dit :

« Celui qui fait le ghousl le jour du vendredi, met du parfum s’il en possède, met son plus bel habit, puis part vers la mosquée et prie autant qu’il lui plaît sans gêner personne, puis se tait jusqu’à ce qu’il prie, alors, ceci est une expiation de ce qu’il y a jusqu’au vendredi suivant. »

  • La récitation de la sourate Al Kahf du Saint Coran est également profitable. À ce sujet, le Messager d’Allah (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit que celui qui lit cette sourate le jour de joumou’ah est éclairé par une lumière entre les deux vendredis. (Al-Bayhaqi, authentifié par l’un de nos grands savants et spécialistes du Hadith, Cheikh Al Albani).

Khitba ou Khotba : la proposition de mariage

En plus de ce sens-là, le mot arabe خطبة peut avoir un autre sens, celui de la proposition de mariage. Il est d’ailleurs cité dans le Noble Coran, dans la sourate Al Baqarah, verser 235 où l’on peut lire le mot : خِطْبَةِ. Dans la traduction des sens en français, le verset est le suivant :

{Et vous ne commettez aucun péché à faire, aux veuves [pendant leur période de veuvage], allusion à une proposition de mariage, ni d’en garder secrète l’intention. Allah sait que vous penserez à elles, mais ne leur faites pas de promesses secrètes, et tenez-leur des paroles convenables. Ne concluez le contrat de mariage qu’à l’expiration du délai prescrit. Sachez qu’Allah connaît vos pensées, prenez donc garde à Lui ; et sachez qu’Allah est pardonneur et longanime.}

Ainsi, dans cet extrait coranique, le mot  خِطْبَةِ est traduit par « proposition de mariage ». Dans son tafsîr, le savant Ibn Kathîr explique, au sujet de ce verset, qu’il concerne les femmes en période de veuvage. Il dit :

« Allah dit {Et vous ne commettez aucun péché} à faire allusion à une proposition de mariage à celles qui ont perdu leur époux. Ibn ‘Abbâs dit : « L’allusion consiste à dire : « Je veux me marier et je veux une femme qui soit comme ceci ou comme cela. » en tenant des paroles convenables. » Sous une autre formulation, il dit : « J’aimerais qu’Allah m’accorde une femme comme ceci. » Sans faire de demande en mariage claire. » »

 

La demande en mariage et l’officialisation en famille

Dans le monde musulman, notamment au Maghreb, il fait partie des traditions culturelles d’organiser une rencontre entre les parents pour officialiser la proposition de mariage et discuter ensemble des préparatifs du mariage. Généralement, ce sont les parents du fiancé qui se rendent dans la famille de la jeune femme et, à l’issue d’une conversation, expriment le désir de leur fils d’épouser leur fille. Ce projet de mariage constitue un événement et une adoration particulièrement importants pour les musulmans croyants et les musulmanes croyantes. D’ailleurs, dans un hadith rapporté par At-Tabarani et authentifié par Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde, le Messager d’Allah ﷺ a dit que le serviteur qui se marie a complété la moitié de sa religion. Alors, qu’il craigne Allah pour l’autre moitié.   Et nous demandons à Allah ‘aza wa jall nous guider sur le droit chemin et d’accepter notre repentir. Il est certes capable de toute chose. Que les éloges et le salut d’Allah soient sur notre Prophète ﷺ, sa famille et ses Compagnons.

Autres vocabulaires

Oum Mouhammed

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.