Comment apprendre l'arabe

Ces 5 actions qui font partie de la Fitra

Le mai 11, 2022 , mis à jour le septembre 27, 2022 — 9 minutes de lecture

À la naissance d’un enfant, la famille musulmane se réunit, comblée de joie et de reconnaissance envers Allah ‘aza wa jall. Celle-ci choisit alors un beau prénom, prépare une fête célébrant cette bonne nouvelle et met en application certains rites religieux. S’il s’agit d’un nouveau-né garçon, le rite de la circoncision constitue en Islam une étape également importante. Qu’est-ce que la circoncision dans la religion musulmane ? En quoi consiste ce rituel islamique très important aux yeux des musulmans ? Quelles sagesses se cachent derrière le fait de circoncire ? On vous répond dans cet article !  

Qu’est-ce que la circoncision en Islam ?

La circoncision, appelée ختان (Khitân) en langue arabe se définit par l’ablation du prépuce se trouvant en haut du gland du jeune garçon ou de l’homme. Cette ablation, généralement effectuée avec une légère anesthésie locale, ne présente pas de complications et se déroule en quelques minutes seulement. Parfois appelée « Touhoûr » -طهور  ou « Tahâra » – طهارة désignant la « purification », cette pratique concerne généralement les nouveau-nés, âgés de quelques jours seulement. Certains parents préfèrent avoir recours à un chirurgien tandis que d’autres se tournent vers un médecin en ville ou un proche habitué à pratiquer la circoncision masculine. Comme l’a précisé Cheikh Abd Al-‘Azîz Ibn ‘Abdillâh Ibn Bâz, qu’Allah lui fasse miséricorde :

« La circoncision légale consiste à couper uniquement le prépuce couvrant le gland. »

(Al Ifta)

Par ailleurs, il faut savoir que cet acte rituel est également présent dans le judaïsme. En effet, il s’agit là d’une pratique religieuse particulièrement suivie par les membres de la religion juive. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des cabinets de médecins juifs spécialisés dans cet acte-là.  

Quand pratiquer la circoncision ?

Voilà une question que se posent de nombreux parents musulmans : la circoncision en Islam se pratique à quel age ? Selon le savant Cheikh Ferkous, il est permis de circoncire après la septième jour suivant la naissance du bébé garçon, au huitième jour par exemple, tant que celui-ci n’atteint pas l’âge adulte (puberté). Il précise cependant qu’il est préférable de le faire au septième jour de l’enfant, avant huit jours donc.  

La circoncision selon la Sunna

Il faut savoir que cet acte rituel important pour tout musulman est vivement recommandé par la Sounnah de notre Prophète et Messager, Mouhammad, (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). En effet, dans un hadith rapporté par Al Boukhari et Mouslim, deux savants du monde musulman, qu’Allah leur fasse miséricorde, d’après AbduLlah Ibn Omar, le dernier des Prophètes et Messagers ﷺ a dit :

« Cinq choses font partie de la Fitra : la circoncision, raser les poils pubiens, épiler les aisselles, couper les ongles et tailler les moustaches. »

D’ailleurs, sachez que pour les quatre actes cités en dernier, une limite de temps est précisée dans un autre hadith rapporté par At Tirmidhi et authentifié par Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde. En effet, Anas Ibn Malik explique :

« Concernant le fait de tailler la moustache, de se couper les ongles, de se raser les poils pubiens et de s’épiler les aisselles, le Prophète SallaLlahu ‘alayhi wa salam nous a mis comme limite de temps de ne pas dépasser quarante jours. »

 

Quelques sagesses de la circoncision

Permettre à son enfant d’être circoncis présente de nombreux avantages et sagesses que les savants et le corps médical ont su mettre en avant afin d’informer les parents.
  • L’une des premières sagesses que nous pouvons citer, c’est bien sûr celle de la purification et de l’hygiène. À ce sujet, Cheikh ‘Abd Al-Mouhsîn Al ‘Abbad, explique :

« Quant aux musulmans, ils se circoncisent, car il y a dans la circoncision une purification. Et il ne peut y avoir de vraie purification sans circoncision. Car lorsque l’urine sort du pénis alors qu’il y a le prépuce, les impuretés ne sont pas totalement évacuées du pénis mais restent dans le prépuce. Mais si le prépuce est coupé, il n’y a rien pour retenir l’impureté. Alors, la personne devient pure. »

Ainsi, l’ablation du prépuce permet de se débarrasser des impuretés urinaires plus facilement. Et ainsi, de préserver ses actes religieux tels que la prière à la mosquée.
  • Une autre sagesse se trouvant derrière la circoncision du nourrisson concerne la santé. En effet, de nombreux médecins ont confirmé que cette pratique religieuse diminue le risque de contracter certaines maladies sexuellement transmissibles telles que l’herpès simplex de type 2 et le Papillomavirus humain. De plus, des études médicales ont prouvé que le risque de contamination par le VIH (sida) lors de rapports sexuels diminue de 60 % chez les hommes circoncis.
 

Le Prophète Ibrâhîm a circoncis son fils

D’un point de vue religieux, notons que la circoncision fut notamment pratiquée par le Prophète Ibrâhîm, ‘alayhi salam, sur son fils et sur ses servants. En effet, dans le célèbre ouvrage « L’authentique des récits des Prophètes« , le savant et imam Ibn Kathîr, explique :

« Les gens du Livre rapportent que le Seigneur ordonna à Ibrâhîm de circoncire son fils Ismâ’îl ainsi que tous ses servants, et d’autres encore. Il le fit, et ce alors qu’il était âgé de 99 ans et Ismâ’îl treize. Ibrâhîm circoncit son enfant et ceux dépendant de lui, ce qui indique qu’il s’agissait d’une obligation. C’est pourquoi l’avis authentique des savants sur la question est que la circoncision est obligatoire pour les hommes.

Abu Hurayrah rapporte que le Prophète ﷺ a dit : « Le Prophète Ibrâhîm s’est circoncis alors qu’il avait 80 ans avec une pioche.

(Al-Bukhârî  et Muslim – 2370) »

 

Les hommes ne seront pas circoncis le Jour de la résurrection

En lisant un verset du Saint Coran, nous apprenons qu’en revanche, le Jour de la Résurrection, les hommes seront ressuscités nus et non circoncis. Dans la sourate Al Anbiya (sourate coranique Les Prophètes), Allah dit, dans une traduction du sens du verset 104 :

{Et de même que Nous avons procédé à la première création, Nous la recommencerons. C’est une promesse qui Nous incombe et Nous l’accomplirons !}

Dans son exégèse (Tafsîr), le savant Ibn Kathîr commente en disant :

« Le Jour où Allah redonnera vie aux créatures, comme Il les a créés la première fois, Lui qui en est capable. Ceci doit obligatoirement arriver, car cela relève de ce qu’a promis Allah qui ne manque jamais à Sa promesse. »

Puis, il cite un hadith rapporté par Al Boukhari et Mouslim, d’après Ibn ‘Abbâs :

« Le Prophète nous adressa un sermon et dit : « Vous serez rassemblés devant Allah, pieds nus, dévêtus et incirconcis. »

 

La circoncision rituelle, une pratique parfois critiquée

Comme nous venons de le voir, circoncire un enfant constitue un acte bénéfique pour différentes raisons, notamment des raisons médicales. Malgré ces avantages reconnus, il n’est pas rare d’entendre certaines personnes condamner cette pratique, notamment en Occident. Celles-ci qualifient à tort cet acte médical ou chirurgical de « mutilation », de « mutilations sexuelles », d' »atteinte à l’intégrité physique », aux droits de l’enfant ou à la laïcité, de « diminution du plaisir sexuel » ou de risque pour la qualité de la vie sexuelle et des relations sexuelles, etc. Pourtant, il n’en est rien. Une fois que la cicatrisation est effective, après l’intervention chirurgicale ou après le rendez-vous chez le médecin, il n’y a pas d’incidences sur la santé des nouveau-nés, des petits garçons ou de l’homme circoncis une fois adulte. Bien au contraire, les dernières recherches médicales viennent confirmer les bienfaits de cette pratique religieuse importante pour la communauté musulmane, comme expliqué ci-dessus.   Ainsi, que la circoncision soit effectuée pour motifs religieux (croyances musulmanes ou juives) ou pour raisons médicales, elle constitue aujourd’hui un acte accompli par des centaines de millions de personnes à travers le monde. Et les nombreux bienfaits qu’elle comporte ne font que conforter le parent, que celui-ci appartienne au culte musulman, qu’il soit juif ou chrétien.

Autres vocabulaires

Sophie

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.