Comment apprendre l'arabe

La ruse de Shaytan face à Âdam ‘alayhi salam

Le avril 11, 2022 , mis à jour le septembre 27, 2022 — 8 minutes de lecture

Comme nous le savons tous, la langue arabe est au cœur de l’Islam, la religion des musulmans et des musulmanes. Ainsi, afin de mieux comprendre celle-ci et la mettre en pratique comme il se doit, il est recommandé à chaque croyant et croyante d’apprendre des mots de vocabulaire arabe. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer le mot « was was ». Que signifie-t-il ? Est-il présent dans le Noble Coran ? Si oui, dans quelles sourates ? Les réponses vous attendent dans cet article !

 

Qu’est-ce que le Was was en Islam ?

En Islam, le « Was Was », désigne les chuchotements, les murmures, insufflations et suggestions provenant de Shaytan (Satan) et s’écrit en arabe : وسوس. Il également possible de les dénommer « Was wasa » : وسوسة.

Dans son ouvrage « Les maladies psychologiques », le Dr Aït M’Hammed Moloud explique :

« Cheikh Muhammad Al Imâm dit : « Satan s’active à ébranler la foi des croyants par l’intermédiaire de diverses insufflations. Il leur embellit le mal et leur fait oublier le bien. Il les effraie jusqu’à les éloigner du bien, et de temps à autre, les fait douter jusqu’à les mettre dans une situation de confusion. »»

Ainsi, Satan (ou Shaytan) a à cœur de tenter les croyants, de les faire faiblir et de les égarer en leur insufflant de mauvaises idées et suggestions.

Un peu plus loin dans son livre, le Dr Aït M’Hammed Moloud cite une nouvelle fois le savant Muhammad Al Imâm en disant :

« Les premiers murmures de Satan sont des pensées qui vont et viennent à l’esprit de l’individu. Si elles sont rejetées, elles n’y prennent pas place. Dans le cas contraire, elles s’enracinent et asservissent l’esprit jusqu’à l’affecter par divers maux. »

Il est donc important que le serviteur pieux et croyant prenne garde face aux murmures et insufflations sataniques qui peuvent prendre progressivement de plus en plus de place dans l’esprit. Et c’est auprès d’Allah que nous cherchons refuge.

Shaytan face au Prophète Âdam

L’une des plus grandes tentations et suggestions de Satan que nous pouvons citer, c’est bien sûr celle qui toucha le premier des Prophètes Âdam, ‘alayhi salam. Divers passages coraniques font allusion à cet épisode lors duquel Âdam et son épouse Hawa (Ève) furent tentés par les suggestions du diable et mangèrent de l’arbre défendu.

Par exemple, dans la sourate Al A’râf, aux versets 19/20, Allah dit, dans une traduction des sens :

{Ô Adam ! Habite le Paradis avec ton épouse, et mangez à votre guise [de ses délices]. Mais n’approchez pas de cet arbre, sinon vous seriez au nombre des transgresseurs./Puis le Diable, afin de leur rendre visible ce qui leur était caché – leurs nudités – leur chuchota, disant : « Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que pour vous empêcher de devenir des Anges ou d’être immortels. »}

Ibn Kathîr, l’un des grands savants de la communauté musulmane, qu’Allah lui fasse miséricorde, a commenté ce verset coranique en disant :

« Allah mentionne qu’Il a permis à Adam et son épouse Eve de manger de tous les fruits du Paradis, sauf d’un seul arbre. […] À ce moment, Satan (Shaytan) les jalousa, et s’efforça de ruser, tromper et insuffler pour qu’on leur retire ce dont ils jouissaient comme bienfaits et beaux habits. »

SubhanAllah !

Shaytân, un conseiller sincère ?

Un autre passage du Saint Coran fait référence au danger des Was was, les insufflations sataniques. Il s’agit de la sourate Tâ-Hâ, verset 120, où Allah dit :

{Puis le Diable le tenta en disant : « Ô Adam, t’indiquerai-je l’arbre de l’éternité et un royaume impérissable ? »}

En arabe, nous pouvons lire : فَوَسْوَسَ إِلَيْهِ ٱلشَّيْطَٰنُ

Concernant ce verset coranique, l’imam et savant Ibn Kathîr commente :

« Il [Shaytân] les fit chuter par sa tromperie en leur jurant qu’il était pour eux un conseiller sincère. Il a également précédé qu’Allah révéla à Adam et son épouse qu’ils pouvaient manger de tous les fruits, mais qu’ils ne devaient pas approcher de cet arbre spécifique au Paradis. Iblîs ne cessa alors de les tenter jusqu’à ce qu’ils en mangent, et il s’agissait de l’arbre de l’immortalité : quiconque en mangeait demeurait éternellement au Paradis. »

Ainsi, nous comprenons que Shaytân (appelé ici « Iblîs ») ne cessa de tenter le Prophète Âdam, ‘alayhi salam, jusqu’à ce qu’il faiblisse.

L’âme aussi suggère des choses à l’homme, bonnes et mauvaises

Par ailleurs, il est intéressant de souligner que Shaytan n’est pas le seul à suggérer des choses aux hommes. En effet, dans la sourate Qâf, dans le 16ème verset, Allah dit :

{Nous avons effectivement créé l’homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire}

En arabe, il est dit :  وَنَعْلَمُ مَا تُوَسْوِسُ بِهِ

Ibn Kathîr, qu’Allah lui fasse miséricorde, explique dans son Tafsîr :

« Allah informe de Son pouvoir sur l’homme, Lui qui en est le Créateur et dont la science cerne tout ce qui le concerne, au point qu’Allah connaît tout ce que les âmes des hommes leur suggèrent, en bien et en mal. »

La sourate An-Nâs, une sourate riche en enseignements

Enfin, il n’était pas possible de parler du Was was sans parler de la sourate An-Nâs, la dernière sourate coranique du Moushaf. Dans celle-ci, Allah dit :

{Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes

Souverain des hommes,

Dieu [véritable] des hommes,

contre le mal [du démon] qui insuffle [la désobéissance] et se dérobe [face à la mention d’Allah],

qui inspire le mal dans les cœurs des hommes,

[que ces insufflations proviennent] des djinns ou des hommes.}

Le savant Cheikh As-Sa’dî commente cette noble sourate dans son Tafsîr en disant :

« Dans cette sourate, il est question de la recherche de la protection auprès du Seigneur, Souverain et Divinité des hommes, contre Shaytân, qui est à l’origine de tous les maux, dans tous les domaines. Parmi le désordre qu’il répand, il insuffle le mal dans les poitrines des hommes et le leur embellit. Il les encourage à accomplir le mal et le leur enlaidit le bien, en lui donnant une image qui n’est pas la sienne. »

Encore une fois, nous découvrons, au travers des paroles de Cheikh As-Sa’dî, la dangerosité de Satan pour le cœur des croyants et des croyantes. À travers ses suggestions ou insufflations (was was), Shaytân nous induit en erreur, nous incite à prendre les mauvaises décisions et à s’égarer.

Quelques conseils pour se protéger du mal de Shaytân

Pour tenir Shaytân éloigné de nous, nous protéger et rester fermes sur le droit chemin, il existe quelques précautions à prendre et quelques conseils à suivre. Voici quelques recommandations mises en avant par le Dr Aït M’Hammed Moloud.

  • Tout d’abord, il conseille dans son livre de bien comprendre que ces mauvaises suggestions proviennent de Shaytân.
  • Puis, il conseille de détourner rapidement son attention de ces insufflations afin de repousser le mal qu’elles contiennent.
  • Il est également recommandé d’apprendre sa religion, de raffermir sa foi et de se conformer au Coran et à la Sunna car le suivi du Prophète est une protection contre le malheur dans ce bas monde et dans l’au-delà.
  • L’auteur conseille également la lecture de Ayat Al Kursy (Verset du repose-pieds) et des deux sourates protectrices que sont les sourates Al Falaq et An-Nas.
  • Un autre conseil fort utile est bien sûr la demande d’aide à Allah.

Et nous demandons à Allah de nous protéger de nos ennemis, apparents et cachés, de nous aider à combattre toute forme de was was et de nous raffermir sur Sa voie, celle menant au Paradis. Il est certes capable de toute chose.

Autres vocabulaires

Sophie

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.