Que veut dire inchallah ?

inchallah

Une expression que l’on utilise pratiquement tout le temps, presque dans toutes nos phrases, c’est le terme « Inchallah » et il faut le faire, car cette formule est un bien !

Elle permet à nos actions prévues dans l’avenir de se réaliser par le bon vouloir d’Allah azzawajal. « Inchallah » peut être traduit par « si Dieu le veut » en arabe. Cette formule renferme une condition lorsqu’on la prononce, car elle insinue « si Allah le veut », c’est aussi même la traduction d’« Inchallah ».

Donc la condition sera si Allah azaawajal le veut ça sera selon sa volonté. Cette expression « Inchallah» est couramment utilisée par les musulmans, les arabophones en général pour désigner une action qui se fera dans le futur avec la volonté de Dieu.

Par exemple si on dit « je vais voyager demain Inchallah » cela veut dire que ça sera en fonction de la volonté d’Allah azzawajal.

L’expression « Inchaallah » renferme également « la volonté, le bon vouloir d’Allah azzawajal ». Ainsi si Allah a décidé que vous voyagerez, vous voyagerez, mais sinon vous ne voyagerez pas. Il faut faire la condition pour qu’Allah le veuille, pour que l’action ait lieu.

Comme cité dans la sourate Al Kahf :

« Et ne dis jamais, à propos d’une chose : « Je la ferai sûrement demain », sans ajouter : « Si Allah le veut », et invoque ton Seigneur quand tu oublies et dis : « Je souhaite que mon Seigneur me guide et me mène plus près de ce qui est correct ». Sourate Al Kahf (22-23)

 

Comment écrire « Inchallah » ?

« Inchallah » en arabe s’écrit :  إن شاء الله

Comme à peu près tous les mots arabes écrits en alphabet latin, « Inchallah » s’écrit alors pour ce dernier de plusieurs façons : inshallah, Incha Allah… Ce qu’on peut constater, c’est que l’orthographe en alphabet latin se base avant tout sur la phonétique de l’expression, la prononciation exacte étant en effet « inshallah ».

Si l’on se réfère à la langue arabe, l’expression « Inchallah » peut se décomposer en trois parties : il y a la particule « in », le verbe « cha’a » et le nom d’« Allah ».

On retrouve donc en premier lieu « in », qui est une particule de condition en arabe, l’équivalent de « si », dans la langue française. Tout comme avec cette dernière, elle peut prendre d’autre sens rapproché lorsqu’on lui rajoute une autre particule. En guise d’exemple, si on écrit « wa in », cela devient « et même si » ou « quoique ». Si on écrit « la-in », cela devient « très certainement que si ».

Le verbe « cha’a », lui, se traduit par vouloir. Évidemment, on devrait plutôt écrire « in cha’a Allah » en trois parties distinctes, mais comme précédemment dit, c’est la phonétique qui l’emporte pour la traduction écrite en alphabet latin. Il faut l’admettre également que « inchallah » est nettement plus lisible et plus rapide à écrire.

Et en dernier lieu et pas des moindres, on retrouve donc le nom d’« Allah », le nom principal de notre Créateur, le Créateur de toute chose, nom qui est traduit à tort par « Dieu » puisque Allah est un nom propre, un nom qu’Il s’est lui-même donné. On pourrait éventuellement traduire son sens qui serait alors : « Celui qui subit l’adoration » À savoir tout de même qu’Allah a 99 Noms (que l’on connaît) et que celui qui les apprend et les met en pratique dans sa vie rentrera au Paradis.

À partir de cette décomposition de l’expression, on arrive donc à la traduction d’ « inchallah » : « si Dieu le veut » en arabe.

Inchallah : définition profonde de l’expression

Il n’y a rien de plus incertain que l’avenir. Nul ne sait où il sera demain ou dans 10 ans. Penser que l’on a un quelconque contrôle sur nos vies est une illusion. On ne peut jamais deviner la minute qui suit dans ses moindres détails. On peut promettre tout ce que l’on veut, mais on ne peut rien garantir, on ne sait pas si on pourra honorer nos engagements, même avec toute la bonne volonté du monde, car on ne saura jamais d’avance si on va arriver à tenir notre promesse ou pas !

Se remettre à Allah et avoir foi en Lui, qu’il s’agisse de rechercher ce qui est bénéfique, ou de s’éloigner de ce qui est nuisible, d’acquérir des biens, de remporter la victoire sur les épreuves de la vie, ou encore d’obtenir la guérison des malades entre autres exemples, est l’une des obligations majeures qui incombent aux croyants. C’est ainsi la signification profonde du terme « Inchallah », « si Dieu le veut » en arabe. C’est en effet l’une des qualités les plus importantes parmi celles qui caractérisent cette expression, elle constitue l’une des conditions de la foi, des causes de la fermeté du cœur et de son activité, une source d’apaisement, de quiétude et de paix de l’âme, la clef du succès et du profit.

La confiance en Allah apporte la certitude en Lui et le sentiment que Lui seul suffit à l’individu. Le terme « Inchaalah » renferme également donc en vérité l’un des éléments les plus importants de la croyance authentique en Allah qu’est le « tawakkoul » qui constitue l’une des branches de la foi. Le « tawakkoul » signifie le fait de placer votre confiance en Dieu, de vous en remettre à Lui dans tout ce que vous entreprenez ; de Lui déléguer toutes vos affaires. Le « tawakkoul » est une action du cœur, une qualité fondamentale de la foi et l’une des plus importantes dimensions de notre religion.

Dans plusieurs versets, Dieu ordonne à Son Messager de faire preuve de « tawakkoul » à Son égard. Il dit entre autres :

« Et place ta confiance en Dieu et Dieu suffit comme protecteur » (Coran 33 :48)

« Place ta confiance en Dieu, car tu es de toute évidence dans la vérité et le bon droit » (Coran 27 :79)

« Le Seigneur du levant et du couchant. Il n’y a point de divinité à part Lui. Prends-le donc comme protecteur « wakil » » (Coran 73 :9)

 

 

inchallah

 

Ce que veut dire « Inchallah » pour le musulman exprime ainsi la confiance totale en Allah, qui consiste alors à agir et espérer, le cœur tranquille et l’âme apaisée, tout en ayant la ferme conviction que tout ce qu’Allah a voulu sera, que ce qu’Il n’a pas voulu ne sera pas, et qu’Il ne rende pas vain l’acte de celui qui fait une bonne œuvre. L’expression est aussi utilisée pour marquer en général le désir et l’espoir de voir se réaliser un événement dans l’avenir.

 

 

livre gratuit

2 Comments

  • Ask

    Reply Reply novembre 6, 2019

    Salam Aleykoum, pouvez-vous me traduire par mot et / ou m’orienter sur la signification des mots . La ilaha ill-Allah wahdahou la charika Lah . Je sais que cela signifie , Il n’y a pas d’etre à adorer seulement Allah , seul sans associé . Mais j’ai besoin de comprendre chaque mot . La= il n’y a pas , ilah = être à adorer , illa = seulement, wahdahou ? La= il n’y a pas , charika? Lah ? Dans l’attente de votre réponse insha’Allah Barak Allah ou fik

    • Fakhreddine

      Reply Reply novembre 24, 2019

      Wa alaykoum salam wa rahmatoullahi,

      La : la négation
      Ilaha: celui qui est adoré
      Illa: l’exception
      Allah: Celui qui mérite l’adoration
      Wahdahou: seul, unique
      La: la négation
      Sharika: un associé (ici un associé dans le fait de recevoir l’adoration)
      Lahou: La (à), hou (lui, c’est à dire Allah).

      Fraternellement.

Leave A Response

* Denotes Required Field