sourate Al balad

Toutes les sourates du coran

سُورَة البَلَد

Sourate La Cité

(Sourate 90 – Mecquoise)

Au nom d’Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux,

لَا أُقْسِمُ بِهَذَا الْبَلَدِ ۝۱

1.Non !… Je jure par cette cité !

وَأَنتَ حِلٌّ بِهَذَا الْبَلَدِ ۝۲

2.et toi, tu es un résident dans cette cité.

وَوَالِدٍ وَمَا وَلَدَ ۝۳

3.Et par le père et ce qu’il engendre !

لَقَدْ خَلَقْنَا الْإِنسَانَ فِي كَبَدٍ ۝٤

4.Nous avons, certes, créé l’homme pour une vie de lutte.

أَيَحْسَبُ أَن لَّن يَقْدِرَ عَلَيْهِ أَحَدٌ ۝٥

5.Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ?

يَقُولُ أَهْلَكْتُ مَالًا لُّبَدًا ۝٦

6.Il dit [avec vanité] : « J’ai dépensé d’immense richesses ! »

أَيَحْسَبُ أَن لَّمْ يَرَهُ أَحَدٌ ۝٧

7.Pense-t-il que nul ne l’a vu ?

أَلَمْ نَجْعَل لَّهُ عَيْنَيْنِ ۝٨

8.Ne lui avons-Nous pas donné deux yeux,

وَلِسَانًا وَشَفَتَيْنِ ۝٩

9.ainsi qu’une langue et deux lèvres ?

وَهَدَيْنَاهُ النَّجْدَيْنِ ۝۱۰

10.Et nous l’avons guidé sur les deux voies

فَلَا اقْتَحَمَ الْعَقَبَةَ ۝۱۱

11.Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile !

وَمَا أَدْرَاكَ مَا الْعَقَبَةُ ۝۱۲

12.Qui te dira ce qu’est cette voie difficile ?

فَكُّ رَقَبَةٍ ۝۱۳

13.Elle consiste à libérer [un esclave ou un captif],

أَوْ إِطْعَامٌ فِي يَوْمٍ ذِي مَسْغَبَةٍ ۝۱٤

14.Ou à nourrir, en un jour de famine.

يَتِيمًا ذَا مَقْرَبَةٍ ۝۱٥

15.un proche parent orphelin,

أَوْ مِسْكِينًا ذَا مَتْرَبَةٍ ۝۱٦

16.ou un pauvre dans le plus grand dénuement.

ثُمَّ كَانَ مِنَ الَّذِينَ آمَنُوا وَتَوَاصَوْا بِالصَّبْرِ وَتَوَاصَوْا بِالْمَرْحَمَةِ ۝۱٧

17.C’est être, en outre, du nombre de ceux qui croient et qui s’enjoignent la patience et s’enjoignent mutuellement la miséricorde.

أُوْلَئِكَ أَصْحَابُ الْمَيْمَنَةِ ۝۱٨

18.Ceux-là seront les gens de la droite [au Jour de la Résurrection].

وَالَّذِينَ كَفَرُوا بِآيَاتِنَا هُمْ أَصْحَابُ الْمَشْأَمَةِ ۝۱٩

19.Quant à ceux qui renient Nos versets, ils seront les gens de la gauche.

عَلَيْهِمْ نَارٌ مُّؤْصَدَةٌ ۝۲۰

20.Sur lesquels le Feu se refermera.

sourate al balad

1.Je jure par cette Cité !

1.{Non} (لا, ) : Dans ce contexte, le terme ne représente pas la négation, mais plutôt une manière d’attirer l’attention.

{Je jure par cette Cité !} : Dans cette expression, Allah ﷻ utilise la Cité comme objet de serment, comme s’il disait : “Moi, Je jure par cette Cité.”

En langue arabe, il existe trois lettres pour jurer : “ب[ba], “ت[ta], et “و[waw] comme suit : Wallahi, Tallahi, Billahi.

Dans ce cas, c’est la lettre “ب” qui est utilisée dans le mot “بِهَذَ البَلَدِ”, équivalent à dire “Billah”.

Allah fait ici un serment par la cité, qui est La Mecque.

En effet, il s’agit de la meilleure Cité, choisie par Allah pour la Révélation, envoyant le meilleur des messagers et le dernier de Ses prophètes, Muhammadﷺ.

La cité [la Mecque] dont il est question est une cité sacrée, sa valeur est tellement immense que celui qui prie dans la mosquée de la Kaaba voit ses prières comptées comme 100 000 prières. C’est pourquoi Allah ﷻ en a fait une ville sécurisée et sacrée, avec des règles spécifiques à La Mecque. Cette cité démontre son importance exceptionnelle en tant que la meilleure terre du monde et le meilleur endroit, véritablement incomparable.

2. et toi, tu es un résident dans cette Cité

2.{et toi, tu es un résident dans cette Cité !} Il existe deux interprétations possibles de ce verset :

Le premier sens de ce verset est, que Allah ﷻ fait serment par cette cité au moment où le Prophète se trouve en son sein. C’est comme s’il était dit : “Je jure par cette cité quand tu (le prophète) es présent dans cette cité.” C’est pourquoi, le fait que le prophète ﷺ, [le meilleur des hommes], soit présent dans cette cité renforce la valeur de la Cité.

*Il n’est pas permis [à quiconque] de jurer par autre que Allah ﷻ car cela fait parti du shirk. Cependant, Allah ﷻ a la liberté d’agir comme Il ﷻ le souhaite. Il n’est autorisé que pour Allah ﷻ de faire des serments par les créatures.

Le Prophète ﷺ a dit : « Celui qui jure par autre que Allah ﷻ a mécru ou fait du polythéisme. »

Le second sens de ce verset est interprété comme le serment d’Allah ﷻ par La Mecque, au moment où Ilﷻ autorise le Prophète Muhammad à combattre pour récupérer la ville. Bien que La Mecque soit généralement considérée comme sacrée (haram) et qu’il est interdit d’y commettre certaines actions telles que l’agression, Allah a spécifiquement rendu La Mecque licite pour le Prophète pendant un court laps de temps, précisément le jour de la victoire de La Mecque. Et le Prophète ﷺ a précisé que cette autorisation était temporaire et limitée à ce moment précis, après quoi La Mecque redeviendrait interdite. Cette permission spécifique visait à faire de La Mecque une terre d’islam au moment de la victoire.

Les différents avis sont attestés par ce hadith :

« Allah a établi le caractère sacré de cette cité le jour où Il à créé les cieux et la terre. Allah ﷻ en a fait un territoire sacré jusqu’au Jour de la Résurrection : on ne coupe pas ses arbres et on n’y fauche pas l’herbe. Son caractère sacré n’a été levé pour moi qu’un moment de la journée, et elle est redevenue aujourd’hui aussi sacré qu’hier. Que le présent transmette à l’absent ! »

Rapporté par Al Bukhâri 1834 et Muslim 1353.

3. Et par le père et ce qu’il engendre !

3.{Par le père et ce qu’il engendre !} Pour Ibn ‘Abbas, ceci signifie : par celui qui engendre et celui qui n’engendre pas. On rapporte l’inverse de Ikrimah. Pour Mujâhid, Qatadah, Sa’id Ibn Jubayr, Al Hassan Al Basri et d’autres, le père désigne Adam, et ce qu’il a engendré, sa descendance. L’avis de Mujâhid et ses compagnons est bon et fort, car après qu’Allah ait juré par la Mère des cités, les habitations, Il ﷻ jure ensuite par ses habitants : Adam, le père de l’humanité, et ses descendants. Par contre pour Abû ‘Imran Al-Jawnî, il est question d’Abraham et de sa descendance, ainsi que le rapporte Ibn Jarîr, pour qui, le verset porte un sens global, désignant tout père et sa descendance en général, y compris les animaux.

Il est donc important de souligner que la création d’Allah est un signe évident, réfléchissant sur le fait qu’à partir d’un homme, d’une créature, voir même d’un animal, une simple goutte d’eau, une progéniture peut naître. Ainsi, Allah nous invite à méditer sur ces signes et à réfléchir à Sa création remarquable.

4. Nous avons, certes, créé l’homme pour une vie de lutte

4.{Nous avons, certes, créé l’être humain pour une vie de lutte} : Il existe deux explications pour “كَبَدٍ“(kabad). Le terme “kabad” désigne l’équilibre, le droiture. Le sens du verset, selon cet avis est donc que l’homme a été créé avec harmonie et stature. En d’autres terme, “sous sa meilleure forme“, comme il est dit dans le Coran :

“[Par Allah !] Nous avons créé l’homme sous la forme la plus parfaite.”

{Sourate Tîn – verset 4.}

La deuxième explication suggère “lutte” ou “fatigue“.

Ibn Abbas dit : ” L’homme a été créé dans la douleur. Ne le vois-tu pas,, lui, la manière dont il naît et dont ses dents poussent?” Pour Mujâhid, il a été créé d’une goutte, puis d’une adhérence, puis d’un morceau de chair évoluant dans la création. Ceci est semblable à la Parole d’Allah :

“Sa mère l’a porté avec peine et en a accouché avec peine.

{Sourate Al Ahqaf – Verset 15.}

Elle l’allaite avec peine et son existence est pénible, et il endure tout ceci. Allah a créé l’être humain pour endurer et rechercher sa subsistance. Ceci désigne le fait d’endurer les choses et les difficultés.

Cette lutte persiste jusqu’à sa mort pour le croyant. Pour le non-croyant, elle persiste même après la mort et s’intensifie éternellement en enfer.

Ainsi, la vie de l’être humain est façonnée par cette dualité de luttes et de récompenses, tant dans ce monde que dans l’au-delà.

5. Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ? 6. Il dit :”J’ai gaspillé beaucoup de bien”

5.{Pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ?} Imbu de sa force et de ses bien, pense-t-il que personne ne pourra rien contre lui ? C’est là la nature de l’être humain. Lorsqu’il est en pleine forme, au zénith de sa vie, jouissant d’une parfaite santé et de richesses, il a tendance à transgresser. Il pense que personne ne pourra lui prendre ses biens.

À ce sujet, Allah mentionne : “Certes, l’être humain transgresse lorsqu’il se sent suffisant.”

Le fils d’Adam pense qu’il ne sera pas interrogé sur ces biens : la manière dont il les a acquis et dépensés. Et que Allah  ne peut rien contre lui.

Quelle que soit la richesse ou la santé dont jouit l’Homme, il ne doit pas oublier la responsabilité envers Allah  et la possibilité d’être tenu responsable de ses actions.

6.{Il dit [avec vanité] : ‘J’ai gaspillé beaucoup de biens.} Cela signifie qu’il a utilisé ses ressources de manière non judicieuse. Le gaspillage survient lorsque l’on dépense des biens de manière excessive et inutile, sans en tirer de bénéfice utile dans la vie religieuse ou dans l’au-delà. Ces dépenses sont considérées comme du gaspillage, et le regret en découle naturellement. Le Prophète ﷺ a averti que chaque être humain sera interrogé au jour du jugement sur quatre aspects de sa vie, parmi lesquels figurent ses biens et son argent.

 7. Pense-t-il que nul ne l’a vu ? 8. Ne lui avons-Nous pas assigné deux yeux, 9. et une langue et deux lèvres?

7.{Croit-il que personne ne le voit ?} Mujâhid ainsi que d’autres pieux prédécesseurs ont dit : « Pense-t-il qu’Allah ﷻ ne l’a pas vu ? »

8.{Ne lui avons-Nous pas assigné deux yeux} pour observer et réfléchir. Pensez aux nombreux bienfaits des yeux tels que la vision des couleurs, des formes et la magnifique création d’Allah ﷻ. Ils nous permettent de détecter les dangers potentiels et d’apprécier les bonnes choses. En pensant aux personnes malvoyantes et aux défis auxquels elles font face, nous cultivons la gratitude envers les bénédictions que nous possédons.

9.{et un langue et de deux lèvres ?} Ainsi, elles lui servent pour parler, manger, mais aussi pour embellir son visage et sa bouche. Sans ces dons, l’expression de nos sentiments et la communication seraient limitées. Bien que les gestes soient une option, ils resteraient complexes et incomplets. Un autre bienfait est la voix, créée de manière exceptionnelle, émise par l’air de notre bouche. Cette voix nous permet de nous comprendre à travers les nombreuses langues qui existent.

10. Ne l’avons-Nous pas guidé aux deux voies. 11. Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile ! 

10.{Ne l’avons-Nous pas guidé aux deux voies} Certains savants expliquent les deux voies comme représentant les voies du bien et du mal. Ceci est semblable à la Parole d’Allah [traduction rapprochée des sens des versets] :

« Nous avons créé l’homme d’une goutte, mélange [des semences de l’homme et de la femme], afin de l’éprouver. Nous lui avons ainsi accordé l’ouïe et la vue et Nous lui avons exposé le chemin [du bien et du mal] afin qu’il soit [croyant] reconnaissant ou ingrat. »

{Sourate Al Insan Verset 2-3.}

Une autre explication suggère que les deux voies font référence au bébé qui vient de naître. Cette interprétation met en lumière la capacité innée du nourrisson à trouver facilement le chemin de la poitrine de sa mère pour téter. Car même s’il était nourri par un cordon ombilical dans le ventre plutôt que par la bouche, il arrive à téter. Cela souligne la guidance naturelle que Allahﷻ a instillée chez chaque être humain.

11. {Or, il ne s’engage pas dans la voie difficile !} Concernant la voie difficile, pour ibn ‘Umar, (العَقَبَة – al ‘aqabah) est une montagne en Enfer. Pour Ka’b Al-Ahbar, il s’agit de soixante-dix degrés en enfer. Pour Al-Hasan Al-Basri, il est question d’un chemin de montagne laborieux en Enfer. Et Qâtadah dit : « il s’agit d’un grand danger. Surmontez-le par l’obéissance à Allah ﷻ!

12. Qui te dira ce qu’est cette voie difficile ? 13. Elle consiste à libérer [un esclave ou un captif] 14. ou à nourrir, en un jour (de grande) famine 15. un orphelin proche parent

12.{Qui te dira ce qu’est cette voie difficile ?} Allah ﷻ explique ensuite comment la franchir : 13. {Elle consiste à libérer [un esclave ou un captif]}, Ibn Zayd dit : « Ceci signifie : pourquoi n’emprunte-t-il pas la voie du salut et du bien ? Puis Allah ﷻ expose en quoi elle consiste en disant : {Qui te dira ce qu’est cette voie difficile? Elle consiste à libérer [un esclave ou un captif], ou à nourrir}»

‘Amr Ibn ‘Abasa rapporte que le Prophète ﷺ a dit :

« Celui qui bâtit une mosquée afin qu’Allah y soit mentionné. Allah lui bâtit une demeure au Paradis. Celui qui affranchit un esclave musulman, celui-ci sera sa rançon qui lui épargnera la Géhenne. Celui dont les cheveux blanchissent en islam, ils seront une lumière pour lui au Jour de la Résurrection. »

[Al Mishkah 3319]

14.{ou à nourrir, en un jour (de grande) famine} ceci consiste à donner à manger en un jour où la nourriture est précieuse. Ou en un jour où la nourriture est désirée parce que c’est dans ces jours qu’il existe un grand besoin.

15.{un orphelin proche parent} L’orphelin est celui qui a perdu son père avant d’atteindre la puberté. Allah ﷻ encourage à nourrir l’orphelin et à s’occuper de lui car la récompense est immense. Comme le dit Le prophète ﷺ :

« L’aumône faite aux pauvres est une aumône, et l’aumône faite au parent est aumône et un maintien des liens de parenté. »

[sahih At-Targhib 892].

16.ou un pauvre dans le plus grand dénuement 17. C’est être, en outre, du nombre de ceux qui croient et qui s’enjoignent la patience et s’enjoignent mutuellement la miséricorde

16.{ou un pauvre dans le plus grand dénuement} Littéralement : un pauvre dans la misère, couvert de poussière. Pour ibn Abbas, il est question de celui qui est à la rue, qui n’a ni maison ni quoi que ce soit pour le protéger de la poussière. On rapporte également de lui qu’il est question de celui qui vit dans la misère et le besoin et qui ne possède rien, ou encore du vagabond couvert de poussière. Il est aussi question de celui qui n’est pas dans son pays, du pauvre endetté dans le besoin, celui qui n’a personne pour l’aider, ou encore celui qui as une famille à charge.

17.{C’est être, en outre, du nombre de ceux qui croient} en plus de ces nobles caractéristiques apparentes, il croit en son cœur et espère la récompense de cela auprès d’Allah ﷻ, comme Il dit [traduction rapprochée des sens des versets] :

« Quant à ceux qui recherchent [la récompense de] l’au-delà et œuvrent pour l’obtenir, tout en étant croyants, ceux-là verront leur effort récompensé. »

{Sourate Al Isra-Verset.19}

« [Par Allah !] Quiconque, homme ou femme, accomplit une œuvre pieuse tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie, et Nous les récompenserons en fonction du meilleur de leurs œuvres. »

{Sourate An-Nahl-Verset 97}

{Et qui s’enjoignent la patience et s’enjoignent mutuellement la miséricorde [envers les créatures].} Il fait partie des croyants qui accomplissent des œuvres pieuses, qui s’enjoignent la patience face aux tords des gens et la miséricorde à leur égard, comme il est dit dans le hadith :

 « Le Miséricordieux fera miséricorde à ceux qui font miséricorde. Faites miséricorde aux habitants de la terre, et Celui qui est au ciel vous fera miséricorde. »

{As-Sahiha 925}

Et dans un autre hadith, il est dit :

« Allah ne fera pas miséricorde à celui qui ne fait pas miséricorde aux gens. »  

{Al Bukhari 7376 et Muslim 319}.

‘Abd Allah Ibn ‘Amr rapporte que le Messager d’Allah ﷺ a dit :

« Celui qui ne fait pas miséricorde à nos jeunes et ne reconnait pas le droit de nos anciens n’est pas des nôtres. »

{Sahih Abû Dâwud 4943}

18. Ceux-là seront les gens de la droite [au Jour de la Résurrection] 19. Quant à ceux qui renient Nos versets, ils seront les gens de la gauche 20. Sur lesquels le feu se refermera.

18.{Ceux-là} ceux qui se parent de ces caractéristiques, {seront les gens de la droite [au Jour de la Résurrection]} les gens qui recevront leur livre de la main droite, qui auront leur compte facilité et allégé. Ils seront les vrais gagnants.

19.Quant à ceux qui renient Nos versets, ils sont les gens de la gauche} les gens du malheur qui seront dans la perdition et qui prendront leur livre de la main gauche le Jour de la Résurrection. Ils seront parmi les perdants. 20. {Sur lesquels le feu se refermera.} Ils ne pourront s’en échapper et en sortir. Ce sont les prisons de feu. Les portes de l’enfer seront closes. Ils seront derrière un mur sans porte. Et il se refermera sur eux, ils n’auront ni lumière ni espace, et ils y demeureront pour l’éternité.

Les autres sourates :