Hadith

L’explication de la parole : « Accrochez-vous à ma Sunna »

Le mai 19, 2022 , mis à jour le novembre 22, 2022 — 9 minutes de lecture

Les musulmans du monde entier chérissent leur prophète Mohammed . C’est pourquoi, ils considèrent bon et nécessaire de suivre et de se conformer à sa tradition prophétique. Le Hadith occupe une place privilégiée au sein de la religion musulmane puisqu’il représente avec le Saint Coran la base de tout jugement religieux et est une référence de droiture dans tous les domaines de la vie des croyants. Alors, qu’est-ce qu’un hadith en Islam ? Quelles sont ses origines ? C’est ce que nous verrons dans cet article !

Islamique Livre, Arabe, Hadith, Livre

La définition d’un Hadith

A l’origine, le terme « Hadith » qu’on écrit en langue arabe au singulier : حديث et au pluriel : أحاديث, signifie une parole rapportée du prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم , d’après une chaîne de transmission fiable. Dans chacun des hadiths, il y a un enseignement, une mise en garde ou bien, une chose à recommander pour les croyants. On parle aussi de hadith, pour évoquer une tradition prophétique reconnue et perpétuée par les premières générations de musulmans (les pieux prédécesseurs). On peut lire à la sourate coranique Al Imran au verset 132 :
« Et obéissez à Allah et au Messager afin qu’il vous soit fait miséricorde ! »
En vérité, le suivi de la sunna (sunnah) du Messager d’Allah (que la paix et le salut d’Allah soient sur lui) est une obligation pour les serviteurs d’Allah, le Très Miséricordieux. En effet, le Prophète Muhammad a été envoyé pour parfaire et compléter les ordres divins issus du Coran. Donc, obéir au messager d’Allah, c’est en quelque sorte obéir à Allah. N’est-ce pas là la définition d’un croyant ? visiteur féminin entrant dans la salle de prière de la mosquée avec la couverture de cheveux, lieu historique à erevan, arménie - livres islam photos et images de collection

La science du Hadith, une science prestigieuse en Islam

La recherche de la science est une obligation pour les croyants. A ce propos, le grand savant Salih Al-fawzan (qu’Allah le préserve) a détaillé dans une fatwa (avis juridique) qu’il était obligatoire pour l’homme et la femme musulmane d’apprendre les sciences élémentaires de la religion qui sont dans l’ordre :
  • La science du dogme (la croyance authentique)
  • L’apprentissage de la prière (ses conditions et ses règles de purification)
  • La science qui concerne le Mois de Ramadan
  • La connaissance de la Zakât (aumône)
  • Les sciences relatives aux pèlerinages (Hajj et Omra)
Le cheikh a également insisté pour expliquer qu’avant toute chose, l’étudiant en science doit bien choisir son professeur. C’est-à-dire, un professeur connu pour sa droiture et ses connaissances. Et ceci, car l’étudiant est influencé par le professeur. Puis, après ces sciences fondamentales viennent les sciences recommandées. Par exemple, la science du hadith qui n’est pas une science obligatoire mais conseillée et donc, réservée à une partie des musulmans (ceux parmi lesquels se trouvent les croyants les plus pieux et intelligents). La preuve que la science du hadith est une noble science et qu’elle est d’une grande valeur, réside dans les meilleurs exemples que les musulmans connaissent : les Compagnons du prophète صلى الله عليه وسلم (qu’on dit également : Sahaba). En effet, les rapporteurs les plus nombreux de ahadith sont : Omar Ibn Al Khattab, Abdallah Ibn Omar, Aisha, Abdallah Ibn Mas’oud et Abou Hourayra. Cela est donc la preuve que la science du hadith n’est pas une science accessible à toutes et à tous. Autrement, les transmetteurs parmi les musulmans de la première génération auraient été beaucoup plus nombreux. Calligraphie, Allah, Musulman, Islam

Le Hadith, en conformité avec la parole d’Allah Ta’ala

Le suivi du Coran et de la Sunnah est un des fondements essentiels de la religion pour les musulmans sunnites. C’est d’ailleurs la principale divergence qui distingue les chiites des sunnites. En effet, les chiites ont dans leur dogme des erreurs et des jugements différents en ce qui concerne la sounna du prophète . Ils glorifient à tort le calife et compagnon ‘Ali Ibn Abu Talib (qu’Allah soit satisfait de lui) au détriment des autres califes bien guidés de l’Islam. C’est pourquoi, pour se préserver de l’égarement et du courroux d’Allah Azzawajal, il est demandé aux serviteurs pieux de s’accrocher à la Sounnah de Son prophète et Messager ; Mohamed Salla Allahou alayhi wa salam. Et s’accrocher à sa Sounna, c’est s’accrocher à sa parole et ses enseignements. D’ailleurs, on trouve une parole riche d’enseignement à ce sujet, qui est :
L’Imam Ach-Chafiï, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit : « J’ai entendu des savants du Coran parmi ceux que j’agrée dire : la Sagesse c’est la Sunna du Messager d’Allah. Et ceci ressemble à ce qu’Allah a dit et Allah sait mieux. En effet, le Coran fut d’abord mentionné par la Sagesse. Et Allah a mentionné Son bienfait sur Ses créatures qui est de leur enseigner le Livre et la Sagesse. Il est possible – et Allah sait mieux- que la Sagesse ici soit la Sunna du Messager d’Allah. Car elle va de pair avec le Livre et parce qu’Allah a rendu obligatoire l’obéissance à Son Messager et a imposé aux gens de suivre ses ordres. Il n’est donc pas possible de dire que quelque chose est obligatoire sauf si c’est le Livre d’Allah et la Sunna de Son Messager. Car comme nous l’avons évoqué, Allah a fait que la foi en Son Messager aille de pair avec la foi en Lui.  »  

Le Hadith et les rêves : Quel lien ont-ils en Islam ?

On trouve dans la Sounna de nombreux ahadith qui traitent des rêves des croyants. La législation islamique enseigne que les rêves de bonne augure sont un bon signe et qu’ils proviennent d’Allah Azzawajal. En effet, dans un hadith authentique (sahih) rapporté par Al Boukhari, on peut lire :
D’après Abou Sa’id Al Khoudri (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Lorsque l’un de vous voit un rêve qu’il aime, alors il vient certes d’Allah. Qu’il loue Allah pour ce rêve et qu’il le divulgue. Par contre, s’il voit autre chose que cela parmi ce qu’il déteste, alors, il vient certes de Shaytan (Satan). Qu’il demande protection à Allah contre son mal et qu’il ne le divulgue à personne ainsi il ne lui nuira pas. »
Le conseil du prophète صلى الله عليه وسلم de ne pas divulguer un mauvais rêve comporte de nombreuses sagesses pour le serviteur. La première, est de mettre en garde le croyant car le mauvais rêve provient de Satan. Ensuite, parce qu’il est possible (et Allah Est plus savant) que ce mauvais rêve, s’il est divulgué, se réalise. A ce sujet, on trouve un hadith authentique qui dit :
D’après Abou Razin Al ‘Ouqayli (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit : « Le rêve du croyant est une partie des 46 parties de la prophétie. Il est comme accroché à la patte d’un oiseau tant qu’il n’est pas divulgué. Et s’il est divulgué, il se réalise. »
Mouette, Plage, L'Été, Mer, Sable   D’ailleurs, il arrive très souvent que les musulmans s’interrogent au sujet du reve de serpent et qui se demandent si l’on retrouve en Islam, un hadith à ce sujet ou non. En vérité, le rêve de serpent n’a pas de signification particulière en islam. Sa vision ne veut pas forcément dire que le rêve est de mauvaise augure. Le croyant s’en remet à Allah et place sa confiance en Lui seul. Et il est important de souligner que, fait partie de la Sunna de prononcer des invocations avant d’aller se coucher. Ces invocations de protections sont :
« C’est en Ton nom, Ô Allah, que je meurs et que je vis. » (Mukhtasar Al-Bukhârî n° 2425) En arabe : بِاسْمِكَ اللَّهُمَّ أَمُوتُ وَ أَحْيَا. « C’est en Ton nom, Seigneur que je me couche, et en Ton nom que je me lève. Si Tu retiens mon âme, alors fais-lui miséricorde ; et si Tu la renvoies [dans mon corps], protège-la donc de la manière dont Tu protèges Tes pieux serviteurs. » (Al-Bukhârî n° 6320) En arabe : بِاسْمِكَ رَبِّي وَضَعْتُ جَنْبِي، وَ بِكَ أَرْفَعُهُ، فَإِنْ أَمْسَكْتَ نَفْسِي فَارْحَمْهَا، وَ إِنْ أَرْسَلْتَهَا فَاحْفَظْهَا بِمَا تَحْفَظُ بِهِ عِبَادَكَ الصَّالِحِينَ.
 

Le Chat dans la Sounna

La religion musulmane enseigne aux serviteurs d’Allah la clémence envers les animaux. Selon un certain nombre de hadith, le chat est considéré, comme étant un animal pur en Islam. Ainsi, il est autorisé de prendre pour compagnie un chat et de le faire cohabiter avec nous. Et le meilleur exemple en cela est le noble compagnon Abou Hourayra (qu’Allah Soit satisfait de lui). En effet, son surnom lui vient de son amour pour les chats puisque « Abou Hourayra » signifie : « Le père des petits chats ». On trouve à ce propos un Hadith sur le chat en Islam qui est :
Le Messager d’Allah ﷺ a dit : « Une femme a été châtiée pour avoir séquestré un chat jusqu’à ce qu’il meure. Elle entra à cause de cela en Enfer. En effet, elle ne l’avait ni abreuvé, ni nourri pendant qu’il était enfermé et, elle ne lui avait pas non plus laissé la liberté afin qu’il puisse se nourrir des insectes de la terre. » [Bukhari et Muslim, riyad as-salihin n°1600]
En clair, les membres de la communauté musulmane (qu’on dit également : umma ou oumma), qui désirent la piété et demeurer sur le droit chemin, doivent savoir que la soumission à Allah Azzawajal englobe également l’obéissance à son prophète et messager ; Mohamed صلى الله عليه وسلم. Et que l’obéissance à Mohamed ne peut se faire qu’avec la mise en pratique de ses paroles (hadith) et sounnan.      

Umm Abdirrahman

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.