Hadith

D’après la Sounna, comment caractérise-t-on une personne forte ?

Le octobre 23, 2022 , mis à jour le novembre 22, 2022 — 7 minutes de lecture

La tradition prophétique est pleine d’enseignements pour les croyants pieux désirant le suivi du Messager d’Allah ; le prophète Mohamed صلى الله عليه وسلم et de ses nobles Compagnons, qu’Allah les agrée. La religion musulmane, c’est avant tout le conseil. Ainsi, la sunnah du Messager d’Allah renferme des recommandations pour les croyants en ce qui concerne leurs affaires mondaines et religieuses. Grâce au hadith, on a accès à un bon nombre de conseils pour savoir comment gérer nos émotions et notamment la colère. Donc, que dit l’Islam au sujet de la colère ? Quelles sont les recommandations héritées du coran et de la sunna pour l’éviter ? Trouve-t-on un hadith sur la colère qui en parle explicitement ? C’est ce à quoi nous tenterons de répondre In Sha Allah.   Coup De Poing, Poing, Main, Force  

La colère : une émotion qui n’est pas aimée par Allah Le Très Haut

La colère est une émotion que chaque individu a connu dans sa vie. Elle surgit lorsqu’un facteur extérieur nous déplait et nous pousse à extérioriser notre mécontentement. C’est un sentiment naturel qu’il incombe à chacun de maîtriser, pour vivre en harmonie avec ceux qui nous entourent. La colère résulte en quelque sorte, d’une perte du contrôle de soi-même et peut pousser la personne à l’impulsivité, l’agressivité physique et verbale. Ces comportements sont contraires à notre noble prophète et Messager صلى الله عليه وسلم et à ce qui est voulu par Allah Le Tout Miséricordieux. Car certes, la colère est dépréciée dans la religion musulmane et notamment par Allah Le Très Haut. En effet, on lit dans le Saint Coran, à la sourate Al Imran, aux versets 133 et 134 :
« Et empressez-vous vers le pardon de votre Seigneur et un paradis large comme les cieux et la terre qui a été préparé pour les mouttaqins. Ceux qui dépensent dans l’aisance et dans la difficulté, ceux qui maîtrisent leur colère et pardonnent aux gens. Et Allah aime les bienfaisants. »
À l’inverse, on apprend dans un hadith rendu authentique par cheikh Albani, qu’Allah, Exalté Soit-Il, récompensera le croyant qui a contenu sa colère :
D’après Mou’adh Ibn Anas Al Jouhani (qu’Allah l’agrée), le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Celui qui maîtrise une colère alors qu’il était capable de l’extérioriser, Allah va l’appeler devant toutes les créatures et va lui faire choisir parmi les houris celles avec lesquelles il va se marier. »
Cela montre bien qu’Allah Le Glorieux, n’aime pas l’état de colère chez Son serviteur. En effet, le croyant en colère est sous l’emprise de Shaytan. Le chaos, le conflit, la division sont des choses convoitées par Satan. D’ailleurs, on dit de la colère qu’elle a l’effet de l’alcool sur la personne. Car souvent, on ne sait plus bien ce qu’on dit, on ne sait plus penser ni réfléchir convenablement, cela montre bien qu’Iblis se joue de nous. Dans un hadith rapporté par les Imams Mouslim et Boukhari, nous pouvons lire :
« Satan est aussi présent en l’être humain que le sang qui coule dans ses veines. »
 

La tradition prophétique au sujet de la colère : que dit-elle ?

La Sunna du prophète Muhammad étant toujours en cohérence avec le noble Coran, mentionne que la colère est à délaisser le plus possible. La preuve réside dans un hadith authentique, rapporté par le sahabi (compagnon du prophète ﷺ) Abu Hourayra ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ :
 « Le Messager d’Allah ﷺ a dit : L’homme fort n’est pas celui qui terrasse les gens, mais celui qui se maîtrise dans la colère. » (sahih Mouslim 2609 et Boukhari 6114).
Donc, ce hadith montre à quel point il est important pour le musulman et la musulmane désirant la bonne guidée de combattre autant qu’ils peuvent l’état colérique. À ce propos, l’érudit Al Hafidh Ibn Hajar Al Asqalani, qu’Allah lui fasse miséricorde, a détaillé ce point dans l’ouvrage « Boulough Al Maram- Tome 3, page 391 et 392 ». Il explique alors que ce qui est voulu comme compréhension dans ce hadith, c’est que l’homme fort est celui qui lutte contre son âme et qui maîtrise sa colère lorsqu’elle s’intensifie. Il reste maître de lui-même et se contient. Ainsi, il évite de tomber dans des actes illicites reconnus dans la législation islamique tels que : l’agression, l’insulte, la fausse accusation et autre. Certes, il y a dans cela une difficulté et c’est pour cela que la récompense est importante. Aussi, la colère, lorsqu’elle est maitrisée, évite regrets et remords. On trouve d’ailleurs concernant cela, une parole riche de sagesse et de bonté, tirée du 4ème calife bien guidé ; Ali Ibn Abi Talib ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ :
« Un moment de patience dans un moment de colère empêche mille moments de regrets. »
Stylo, Écrire, Désolé, Excusez Moi  

Les moyens efficaces pour lutter contre la colère

  • Le croyant demeurant sur le droit chemin sait qu’il y a dans toute difficulté engendrée, l’espoir de voir l’absolution de ses péchés. Il ne minimise aucune bonne action. On apprend par la sounna (sounnah) que le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم donne comme recommandation pour la communauté musulmane que lorsqu’un croyant se met en colère, qu’il dise : « A ‘oudhou BiLlah Mina Shaytan Rajim » en langue arabe : « أعوذ بالله من الشيطان الرجيم ».
La preuve de cela réside dans deux recueils authentiques où il est spécifié que deux hommes se disputèrent en présence du prophète ﷺ. L’un d’eux se mit tellement en colère que le prophète ﷺ dit : 
 » Je connais une parole qui, s’il la prononçait, dissiperait sa colère. Il s’agit de : « Je me réfugie auprès d’Allah contre Satan le maudit. » »
  • Également, le musulman qui lit régulièrement la parole d’Allah (le saint coran) et qui est assidu aux invocations du matin et du soir, se voit être sous la protection d’Allah Le Très Haut. Donc, ce sont des causes pour éloigner Iblis, ses insufflations (wassawis) et minimiser son emprise sur nous. Cheikh al Islam Ibn Taymiyyah رَحِمَهُ اللهُ, rappelle cela dans une fatwa qui est :
« Ils (les savants) dirent au sujet de « Al waswas al khanas (le diable qui insuffle et se dérobe) » : c’est celui qui, si Allah est évoqué, se dérobe (il fuit) et qui insuffle, si le rappel d’Allah est négligé. « 
  • Faire du sport est une cause de bien être physique et moral. Un moyen efficace d’extérioriser sa rage et de parvenir à la contenir si le moment se présente. De plus, le sport est rempli de bienfaits pour la santé et est vivement encouragé par les savants de l’Islam. Il apporte force et vitalité au corps qui sont des qualités louables pour le croyant. D’ailleurs, on trouve un hadith du prophète Mohamed صلى الله عليه وسلم  qui recommande le sport :
D’après Jabir ﺭﺿﻲ ﺍﻟﻠﻪ ﻋﻨﻪ le Prophète ﷺ a dit : « Toute chose dans laquelle il n’y a pas de rappel d’Allah est futilité ou inattention sauf quatre choses : la marche d’un homme entre deux cibles (ceci signifie l’entrainement au tir à l’arc), qu’il éduque son cheval, qu’il s’amuse avec son épouse ou l’apprentissage de la natation. »
  Enfin, la colère est un combustible de l’âme. Il consume les bonnes actions comme le feu consume le bois. C’est pourquoi, les serviteurs d’Allah Le Tout Puissant, sont amenés à la délaisser autant qu’ils le peuvent. La bénédiction et la protection se trouve dans la crainte d’Allah, son obéissance et dans sa glorification.        

Umm Abdirrahman

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.