Comment apprendre l'arabe

Que signifie « la voie droite » en Islam ?

Le janvier 19, 2022 , mis à jour le janvier 20, 2022 — 7 minutes de lecture
Allah y hdina

Nous continuons aujourd’hui notre série traitant des invocations islamiques les plus répandues dans le monde musulman. Certaines de ces invocations traitent de la demande de protection, d’autres demandent les bénédictions d’Allah ou encore Son pardon (repentir). Cette fois-ci, nous allons parlons d’une invocation assez spéciale, qu’il n’est pas rare d’entendre dans de nombreux pays arabophones comme ceux du Maghreb : Maroc, Algérie, Tunisie. Cette invocation musulmane est la suivante : « Allah y hdina ». Que signifie cette formule ? Dans quel contexte l’emploie-t-on ? Que peut dire le musulman ou la musulmane en guide de réponse ? Nous vous expliquons tout ici !

 

Que signifie « Allah y hdina » ?

Tout d’abord, il faut savoir que cette expression – qui s’écrit en langue arabe : الله يَهْدِينَا – signifie : « Qu’Allah nous guide ». Il s’agit donc d’une invocation musulmane que nous formulons lorsque nous nous trouvons en compagnie d’autres musulmans et que nous souhaitons nous rappeler d’Allah, le Miséricordieux, le Tout-Puissant, le Divin, l’Omniscient.

Généralement, les musulmans (d’Afrique du Nord notamment) utilisent cette invocation lorsqu’ils sont témoins d’un acte ou d’une réflexion qui ne correspond pas au bon comportement qu’il est habituellement exigé du croyant. Qu’il s’agisse d’un vol, d’une mauvaise parole, d’un acte mauvais ou violent… en voyant cela, certains musulmans croyants prononceront donc cette formule.

Mais il faut savoir qu’au-delà de cet usage, « Allah y hdina » est avant tout une invocation de guidée, elle constitue un moyen de demander à Allah, le Seigneur des mondes, de nous guider et de nous raffermir sur Sa voie. Il s’agit donc d’une invocation grandement profitable et bénéfique pour chacun d’entre nous, quelque soit le contexte.

Par ailleurs, sachez que la retranscription phonétique de cette expression islamique (dou’a) peut se présenter sous diverses formes. Ainsi, nous pouvons écrire « Allah y hdina » mais aussi « Allahi hdina » ou encore : « Allah i hdina ».

Enfin, des déclinaisons existent au sujet de cette invocation musulmane. En effet, certains serviteurs croyants aiment invoquer Allah en disant : « Allah yahdik » qui peut être traduit par : « Qu’Allah te guide ». Il existe également la formule « Allah yahdikoum » qui signifiera de son côté : « Qu’Allah vous guide ».

 

Dans quel contexte prononçons-nous cette invocation ?

Nous dirons « Allah y hdina » lorsque nous invoquons Allah de nous guider tous, nous y compris. Il est possible de faire cette invocation lorsque nous nous apercevons que nos actes ne sont pas bons ou corrects.

Nous dirons « Allah y hdik » lorsque nous voyons une personne commettre un acte ou dire une chose que nous n’apprécions pas et qui ne constitue pas une bonne action en Islam.

 

Que répond-on à cette formule ?

Comme nous l’avons dit précédemment, « Allah y hdina » est une invocation, une doua que le croyant prononce en faveur de son frère ou de sa sœur en Islam. Par conséquent, la réponse arabe que pourra adresser le musulman sera la suivante : « Amine », que l’on écrit parfois : « Amin ». Il est également possible de répondre : « Allahumma Amine ».

 

Demander la guidée : une demande présente dans la sourate Al Fatiha

Dans la sourate Al Fatiha, la première sourate du Saint Coran (Noble Coran), Allah dit, dans une traduction rapprochée du sens du verset :

{Guide-nous sur la voie droite}

(Sourate Al Fatiha, première sourate du Mushaf, verset 6)

Dans son Tafsîr (exégèse), le savant Ibn Kathîr commente ce verset coranique en disant :

« La guidée dont il est question ici est celle d’orientation et de succès, et elle peut être transitivée par elle-même, comme c’est le cas dans {Guide-nous sur la voie droite}. Ainsi, cela comporte les sens suivants : inspire-nous, accorde-nous, attribue-nous, donne-nous. »

Quant à l’expression « la voie droite », Ibn Kathîr explique :

« Ibn Jarîr dit : « Les savants de l’interprétation de la Communauté sont unanimes pour dire que la voie droite désigne la voie claire qui ne comporte aucun tortuosité. Les Arabes ont emprunté ce mot de manière métaphorique pour l’appliquer à toute parole et tout acte, les décrivant par la droiture ou la tortuosité. » »

 

De son côté, le Cheikh et exégète As-Sa’dî, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit dans son Tafsîr :

« Cette invocation est l’une des demandes les plus complètes et les plus bénéfiques pour le musulman. C’est la raison pour laquelle il est obligatoire d’invoquer Allah par cette invocation dans chaque Rak’a (unité) de la prière (Salât). »

 

La guidée « dans » le chemin  et « vers » le chemin : quelle différence ?

La guidée que tout musulman demande en disant « Allah y hdina », se dit en arabe : « Al Houda » et s’écrit ainsi : الهُدَى. Comme expliqué par Ibn Kathîr, ce terme arabe désigne la foi qui s’établit dans le cœur et que seul Allah peut susciter dans le cœur des serviteurs. Il désigne également l’orientation vers la vérité.

Quant à Cheikh As Sa’dî, il distingue la guidée « vers » le chemin et celle « dans » le chemin. Pour lui, la guidée « vers » le chemin consiste à s’attacher à l’Islam tout en rejetant les autres religions. Quant à la guidée « dans » le chemin, elle désigne celle dans l’ensemble des principes religieux, qu’il s’agisse de la connaissance ou de la mise en pratique.

Ma cha Allah.

 

Le Coran, une guidée pour les pieux

D’ailleurs, le Coran constitue la meilleure guidée pour chaque serviteur d’Allah croyant, sincère et pieux. Ainsi, dans la sourate Al Baqarah (la sourate coranique « La Vache », en français), Allah dit, dans une traduction rapprochée du sens du deuxième verset :

{Voici le Livre au sujet duquel il n’y a aucun doute. Il est un guide pour les pieux.}

L’exégète Ibn Kathîr commente ce verset en disant :

« Ibn ‘Abbâs, Ibn Mas’oûd et d’autres Compagnons ont dit : « Il [le Coran] est une lumière pour les pieux. » Pour Ash-Sha’bî : « Il est un guide permettant de sortir de l’égarement. » Pour Sa’îd Ibn Jubayr : « Il est un exposé clair [de toute chose] pour les pieux. »

 

Que dit la Sounnah (Sunnah) de notre Prophète et Messager au sujet de la guidée ?

Il faut savoir également qu’invoquer Allah pour obtenir la guidée est un acte qu’accomplissaient aussi les Compagnons du dernier des Prophètes et Messagers, Mouhammed. Ainsi, dans un hadith prophétique rapporté par l’imam Mouslim, d’après le Compagnon ‘Alî ibn Abî Ṭâlib (qu’Allah l’agrée) le Messager de Dieu (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) lui a dit :

Allah y hdina

 

Quelques actes menant vers la piété, la sincérité et la guidée

En plus des invocations et de la lecture et la méditation du Saint Coran, d’autres actes sont vivement recommandés pour entretenir sa foi et se maintenir sur la voie de la guidée. Parmi ces actes profitables, nous pouvons citer le fait d’aller régulièrement à la mosquée pour y accomplir la prière (salat), comme les cinq prières obligatoires par exemple.

Nous pouvons également citer le fait d’apprendre sa religion en lisant des livres sur l’Islam, sur l’Unicité (dogme, Tawhîd, monothéisme), d’apprendre la langue arabe ou encore, d’accomplir les cinq piliers de l’islam qui sont l’attestation de foi, la prière, la Zakât (aumône), le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage (Hajj) à La Mecque, pour celui qui en est capable.

Nous demandons à Allah de nous guider dans ce bas-monde, de nous raffermir sur Sa voie et de nous préserver du châtiment de l’Enfer. Dieu est certes capable de toute chose.

Oum Mouhammed

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.