Comment apprendre l'arabe

Qui est le premier enfant à s’être converti à l’Islam ?

Le mai 19, 2022 , mis à jour le juillet 1, 2022 — 9 minutes de lecture

À l’arrivée d’un nouvel enfant dans le foyer, de nombreuses questions fusent dans l’esprit des parents musulmans, notamment concernant l’éducation religieuse à lui apporter. Mais bien avant cela, l’une des premières questions que l’on se pose concerne le choix du prénom à lui donner. S’il s’agit d’un garçon, un large choix de prénoms musulmans masculins sont à leur disposition. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer « Ali », le nom porté par celui qui fut l’un des califes bien guidés et le tout premier enfant à se convertir à l’Islam : Ali Ibn Abi Talib. Partons ensemble à la découverte de quelques épisodes de la vie de ce noble Compagnon du Prophète et Messager d’Allah ﷺ afin de mettre en lumière les innombrables qualités et valeurs morales qui l’ont accompagné tout au long de son illustre vie.  

Qui était Ali Ibn Abi Talib ?

‘Ali Ibn Abi Talib, qu’Allah l’agrée, est le fils d’Aboû Talib, fils de ‘Abd Al-Mouttalib. Aboû Talib est donc le frère de ‘Abd Allah, père du Messager d’Allah ﷺ et oncle de ce dernier. Par conséquent, ‘Ali est le cousin paternel du Prophète ﷺ. De nombreux liens tissèrent les rapports de ces deux illustres hommes que sont Mouhammad, Messager d’Allah ﷺ et ‘Ali, son fidèle Compagnon et futur calife bien guidé.
  • Tout d’abord, comme nous venons de le dire, ils étaient cousins. D’ailleurs, ils eurent l’occasion de se rapprocher davantage et de vivre de nombreuses années sous le même toit puisqu’à la mort de ‘Abd Al Mouttalib qui prenait soin de Mouhammad ﷺ, ce dernier partit vivre chez son oncle, Aboû Talib.
  • Quelques années plus tard, ce fut au tour du Prophète ﷺ de prendre en charge Ali afin de soulager son oncle Abou Tâlib qui, malgré tout le soutien qu’il put apporter à son cher neveu, ne devint jamais musulman.
  • Plus tard, Fatima, qu’Allah l’agrée, la fille du Prophète ﷺ, épousera ‘Ali qui deviendra, par conséquent, le gendre du Prophète ﷺ. De cette union bénie naîtront Al Hassan et Al Hussein, les deux petits-fils du Messager d’Allah ﷺ.
 

Ali Ibn Abi Talib, le premier enfant à se convertir à l’Islam

L’une des particularités de ‘Ali, c’est qu’il fut le premier enfant à croire au dernier des Prophètes et Messagers d’Allah ﷺ. En effet, peu après les premières révélations que reçut Mouhammad ﷺ, son épouse Khadija, son fidèle ami Abu Bakr et son neveu bien-aimé Ali, ne tardèrent pas à se convertir à la religion musulmane, à devenir les premiers croyants et à adorer Allah, notre Seigneur, comme il se doit. Dans son ouvrage « La biographie de Muhammad, Prophète de l’islam », le savant et imam Ibn Kathîr, qu’Allah lui fasse miséricorde, explique :

« Quant à ‘Alî, il embrassa l’islam à l’âge de huit ans ou, dit-on, à un âge plus avancé. En effet, certains assurent qu’il adhéra à l’Islam avant Abou Bakr, ce que réfutent d’autres. Quoi qu’il en soit, la conversion de ‘Ali n’a pas la même valeur que celle d’Abu Bakr As-Siddîq, car le premier était sous la tutelle du Messager d’Allah ﷺ qui l’avait pris à sa charge pour venir en aide à son oncle face aux années de disette. »

Ainsi, dès les prémisses de la communauté musulmane et des révélations que reçut Mouhammad ﷺ, le jeune Ali se dressa aux côtés de son cousin qu’il aimait tant.  

La bataille de Khaybar ou le vibrant hommage adressé à Ali

Un événement particulièrement important dans l’histoire de l’Islam et du monde musulman est la bataille de Khaybar qui se déroula durant la 7ème année de l’Hégire (Hijra) à Médine. Avant que la bataille ne commence, le Prophète, sallaLlahu ‘alayhi salam déclara, selon un hadith rapporté par les imams Al Boukhari et Mouslim :

« Demain, je vais certes donner la bannière à un homme grâce à qui Allah va accorder la victoire. »

Alors, les gens passèrent la nuit à se demander à quel homme le Messager de Dieu ﷺ allait donner la bannière, un symbole fort et important lors de chaque bataille. Le hadith continue ainsi :

« Au matin, les gens se rendirent auprès du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui). Chacun espérait qu’il allait lui donner la bannière. Alors, il dit :

« Où est Ali Ibn Abi Talib ?

Ils dirent :

– Il a mal aux yeux ô Messager d’Allah !

Le Prophète ﷺ dit :

– Envoyez quelqu’un pour qu’il aille me le chercher. »

Lorsqu’il vint, le Prophète cracha dans ses yeux et invoqua pour lui. Ainsi, il guérit et fut comme s’il n’avait souffert d’aucun mal. Alors, le Prophète ﷺ lui donna la bannière.

Ali (qu’Allah l’agrée) dit :

– Ô Messager d’Allah ! Je les combats jusqu’à ce qu’ils soient comme nous ?

Le Prophète ﷺ lui dit :

– Avance doucement jusqu’à arriver à leur territoire, puis appelle-les à l’Islam. Et informe-les de ce qui leur est obligatoire concernant le droit d’Allah. Car je jure par Allah, qu’Allah guide à travers toi un seul homme est meilleur pour toi que de posséder des chamelles rousses. »

Quel magnifique hadith prophétique n’est-ce pas ? Ainsi, ce jour-là, lors de cette célèbre bataille, Ali fut l’homme par l’intermédiaire de qui Allah accorda la victoire.  

Le quatrième Calife de l’Islam

Ali fut également le quatrième calife bien guidé de l’Islam. En effet, il est le successeur de Othman Ibn ‘Affan qui fut lui-même le successeur de ‘Oumar, lui-même successeur d’Abou Bakr As-Siddiq qui accéda au califat après la mort du Prophète ﷺ, qu’Allah les agrée tous. Ces quatre premiers hommes à avoir été à la tête d’un califat dans le monde musulman sont appelés les « Quatre califes bien guidés », الراشدون en langue arabe. Tous les quatre très proches du Prophète ﷺ, ils dédièrent leur vie à l’expansion de la religion islamique dans la péninsule arabique et au-delà, au Proche Orient. Par leur courage, leur foi en l’Unicité d’Allah et leur attachement à la Sunnah et à la prophétie de vérité, ils firent briller, par le bienfait d’Allah Le Divin, la prédication et le prêche dans de nombreuses contrées.  

Quelques hadiths au sujet de Ali Ibn Abi Talib

De nombreux hadiths issus de la Sounnah (ou Sunna) viennent mettre en avant le rang élevé que Ali Ibn Abi Talib occupait auprès du Prophète ﷺ.
  • Par exemple, d’après Oum Salama, dans un hadith rapporté par Al Moukhallis et authentifié par Cheikh Al Albani, ce dernier a dit :

« Celui qui aime ‘Ali m’a certes aimé, et celui qui m’a aimé a certes aimé Allah. Et celui qui déteste ‘Ali m’a certes détesté et celui qui m’a détesté a certes détesté Allah. »

  • De même, d’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), il a dit :

« Celui qui aime Al Hassan et Al Hussein m’a certes aimé, et celui qui les déteste m’a certes détesté. »

(Hadith rapporté par Ahmed)
  • Par ailleurs, le compagnon ‘Abdallah Ibn ‘Omar (qu’Allah les agrée lui et son père) a dit :

« Il a certes été donné à ‘Ali Ibn Abi Talib (qu’Allah l’agrée) trois choses. Qu’il me soit donné une seule de ces trois choses m’est plus aimé que de posséder la vie d’ici-bas et tout ce qui s’y trouve :

– le fait qu’il s’est marié avec Fatima (qu’Allah l’agrée) et elle a eu des enfants de lui ;

– le fait que les portes aient été fermées ;

– la troisième chose est ce qu’il s’est passé à Khaybar. »

(Rapporté par Ibn Abi ‘Asim et authentifié par Cheikh Al Albani, qu’Allah lui fasse miséricorde.)  

Quelques citations rapportées de ce noble Compagnon

Dans le célèbre ouvrage « Ainsi étaient nos pieux prédécesseurs », on retrouve de nombreuses citations de ce cher Compagnon. Ces citations abordent des sujets divers et variés mais ont pour point commun le fait de mettre en lumière les hautes valeurs morales et la grande sagesse qui firent de ‘Ali, un homme d’exemple et d’honneur.
  • Par exemple, au sujet des faux espoirs et des grandes espérances, il dit :

« Ce que je crains le plus pour vous repose en deux choses : le suivi des passions, et les grandes espérances, car le suivi des passions obstrue le chemin de la vérité, et les grandes espérances font oublier l’au-delà. » [Mawsû’ah Ibn Abî Ad-Dunya]

  • Concernant la patience, une qualité morale qui nous fait parfois défaut, il dit :

« La patience est à la foi ce que la tête est au corps. Si la tête est coupée, le corps meurt. Puis, il éleva la voix et dit : Il n’est pas de foi pour qui n’a pas de patience ! » [Mawsû’ah Ibn Abî Ad-Dunya]

  • Au sujet de l’obéissance à Allah, il dit :

« Que celui qui recherche la richesse sans biens et l’opulence sans délai passe du péché à l’obéissance à Allah. Allah humilie celui qui Lui désobéit. » [Al ‘Aqd Al Farîd]

  • À l’inverse, concernant la désobéissance, il dit :

« Les gens verront une époque où ne subsistera de l’Islam que le nom, et du Coran que des lettres. À ce moment, leurs mosquées seront pleines mais vides de guidée. Leurs savants sont les pires créatures à la surface de la terre. C’est d’eux qu’est apparue la tentation et c’est vers eux qu’elle reviendra. » [Mawsû’ah Ibn Abî Ad-Dunya]

  Et nous demandons à Allah de faire miséricorde aux quatre califes bien guidés ainsi qu’à l’ensemble des Compagnons et à ceux qui leur ont succédé sur la droiture et à l’ensemble des musulmans.

Sophie

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.