Hadith

Quelle est la chose la plus aimée par Satan ?

Le septembre 22, 2022 — 7 minutes de lecture

L’Islam traite aussi bien les maux du corps que ceux du cœur. Ainsi, chaque problème trouve sa solution et chaque maladie trouve son remède. La dépression est une maladie qui touche de plus en plus de musulmans, au point de causer dans certains cas des troubles au sein d’un foyer, d’un couple, dans des relations sociales. Par la grâce d’Allah Le Tout-Puissant, la dépression en Islam est un sujet qui a été étudié. Les érudits (oulémas, ulémas), spécialistes en la matière ont apporté conseils et remèdes pour combattre cette maladie. Ainsi, on peut s’interroger sur les causes pouvant amener à la dépression chez le croyant. Existe-t-il spécifiquement une sourate quand on est triste ? Que disent les personnes de science à son sujet ? Lisez la suite pour le savoir !

Portrait, Vieille, Homme, Triste, Honte

Quelles sont les caractéristiques de la dépression ?

La dépression est une maladie psychologique qui est de plus en plus présente dans notre société. Elle se manifeste chez la personne qui en souffre par, entre autres :

  • un sentiment de grande tristesse.
  • de la dévalorisation de soi-même.
  • une perte de motivation.
  • un renfermement sur soi-même.

La dépression peut résulter d’un échec survenu dans le domaine du travail, des études, etc. En clair, des ambitions que l’on vise pour ce bas monde. Dans certains cas, la dépression est causée chez la personne qui est peut être trop attachée à cette vie d’ici-bas. La personne s’attache tellement qu’elle a des espérances, des souhaits qui, lorsque ceux-là ne se concrétisent pas, lui causent soucis et tristesse. Le croyant sait que quoi qu’il advienne dans sa vie, cela se fait par la permission et la sagesse d’Allah le Très-Haut. Dans un hadith rapporté par l’imam Mouslim, on peut lire au sujet de ce bas monde :

D’après Abu Houreyra (qu’Allah l’agrée), le Prophète Muhammad a dit : « La vie d’ici-bas est la prison du croyant et le paradis du mécréant. »

Alors, bonne annonce à la personne éprouvée ! De plus, le croyant et la croyante tristes peuvent espérer la récompense divine et l’expiation de péchés, conformément à la parole du Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم :

D’après Abou Houreira (qu’Allah l’agrée), le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : « Tout ce qui touche le croyant comme fatigue, comme maladie, comme soucis, comme tristesse, comme gêne, comme angoisse, même une épine qui le pique est une expiation d’Allah de ses péchés. »

Coran, Ramadan, Musulman, Islamique

 

La guérison par le Saint Coran

Comme cité dans le coran, à la sourate Younous et le verset 57 :

 « Ô gens ! Une exhortation vous est venue, de votre Seigneur, une guérison de ce qui est dans les poitrines, un guide et une miséricorde pour les croyants. »

Ainsi, le croyant trouve le refuge à son affliction dans la parole d’Allah Le Très Miséricordieux. Et cela représente un remède très efficace. En effet, l’érudit, le savant Ibn Al Qayyim رَحِمَهُ اللهُ a dit :

« Le Coran est une guérison de ce qui est dans les poitrines (les cœurs), il en fait sortir ce que le diable y jette comme doutes, comme désirs, et comme mauvaises intention. »

Le croyant dépressif est certes aimé par Ibliss (Satan, Shaytan) car il affaiblit son cœur et son corps. En effet, le serviteur d’Allah peut ressentir une perte de motivation dans ses adorations et du bon soupçon envers son Créateur. Et tout cela peut conduire à une porte ouverte aux passions. C’est pourquoi, il est important de se prémunir à l’aide des moyens licites hérités du coran et de la sunna contre ce mal.

 

La tâlbina : un remède prophétique

Parmi les causes permettant de dissiper la tristesse et l’état dépressif du croyant, figure la tâlbina. La Tâlbina est une farine d’orge que l’on peut consommer sous forme de purée ou de soupe. On la mange habituellement avec un peu de miel et de lait. Ses bienfaits nutritionnels sont sans compter ! Ainsi, c’est un aliment riche en vitamines, minéraux, et protéines. Il est donc particulièrement bénéfique pour la santé des corps. Mais pas seulement : la tâlbina se révèle aussi un allié pour la santé des cœurs. En effet, il est rapporté que les compagnons du prophète Mohamed صلى الله عليه وسلم utilisaient la tâlbina pour soigner le chagrin et la tristesse de leurs frères musulmans. Dans un hadith rapporté par les imams Al Mouslim et Al Boukhari, on peut lire :

D’après ‘Ourwa, ‘Aicha (qu’Allah l’agrée) ordonnait la talbina pour le malade et pour la personne affligée par un décès et elle disait : « J’ai entendu le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) dire : « Certes la talbina réconforte le malade et fait partir une partie du chagrin. » »

Sponsored image

 

La religion musulmane accorde une grande valeur à la fraternité entre les croyants. En effet, les musulmans sont entre eux, tous frères et sœurs en Allah. Ainsi, il était dans l’habitude des pieux prédécesseurs que lorsqu’ils voyaient un de leur frère triste, chagriné, de lui tenir bonne compagnie. Par exemple, en le faisant rire ou en discutant avec lui d’une manière à dissiper son chagrin. Et cet acte en lui seul, s’il est fait de bon cœur et avec sincérité constitue une grande adoration et est d’une grande récompense. On peut lire à la sourate coranique Al Hujurat et au verset 10 que Allah سبحانه وتعالى dit :

« Les croyants ne sont que des frères. Établissez la concorde entre vos frères, et craignez Allah, afin qu’on vous fasse miséricorde. »

 

L’invocation : une cause pour dissiper la tristesse

Comme nous le disions précédemment, la Parole d’Allah Azzawajal est une guérison pour les cœurs. Ainsi, les invocations islamiques sont un rempart à tous les maux. C’est pourquoi, il est recommandé dans la Sounna du dernier des prophètes ; Mohamed d’accentuer l’évocation (dhikr) et l’invocation (doua) pour soulager la tristesse et la douleur. Le Messager d’Allah ﷺ avait pour habitude de prononcer cette invocation lorsqu’il avait beaucoup de soucis : 

« Ô Allah ! Je suis Ton serviteur, fils de Ton serviteur, fils de Ta servante. Je suis sous Ton pouvoir. Ton jugement s’accomplit sur moi, Ton décret sur moi est juste. Je Te demande par tout nom qui T’appartient, par lequel Tu T’es nommé, ou que Tu as révélé dans Ton Livre ou que Tu as enseigné à l’une de Tes créatures, ou bien que Tu as gardé secret dans la science de l’inconnu, de faire en sorte que le Coran soit le printemps de mon cœur, la lumière de ma poitrine, qu’il dissipe ma tristesse et mette fin à mes soucis. »

En langue arabe :

اللَّهُمَّ إِنِّي عَبْدُكَ ابْنُ عَبْدِكَ ابْنُ أَمَتِكَ نَاصِيَتِي بِيَدِكَ، مَاضٍ فِيَّ حُكْمُكَ، عَدْلٌ فِيَّ قَضَاؤكَ أَسْأَلُكَ بِكُلِّ اسْمٍ هُوَ لَكَ سَمَّيْتَ بِهِ نَفْسَكَ أَوْ أَنْزَلْتَهُ فِي كِتَابِكَ، أَوْ عَلَّمْتَهُ أَحَداً مِنْ خَلْقِكَ أَوِ اسْتَأْثَرْتَ بِهِ فِي عِلْمِ الغَيْبِ عِنْدَكَ أَنْ تَجْعَلَ القُرْآنَ رَبِيعَ قَلْبِي، وَ نُورَ صَدْرِي وَ جَلاَءَ حُزْنِي وَ ذِهَابَ هَمِّي.

 

La dépression : un bien pour le croyant

Il est important de soigner la tristesse le plus tôt possible afin de ne pas la laisser s’accentuer (dépression) et prendre le dessus sur l’âme. En vérité, la tristesse et le souci représentent une expiation des péchés pour celui qui en souffre et sont un bien pour lui. Le grand savant, cheikh Ibn Baz qu’Allah lui fasse miséricorde, a détaillé dans une fatwa (avis juridique) que le croyant qui se trouve dans un état de tristesse/dépression est sur un grand bien. Et il a donné comme conseil de s’occuper par le rappel d’Allah Le Très Haut, la demande de pardon (exprimer un repentir sincère), d’effectuer ce qu’Allah nous a rendu obligatoires comme : la salat (prière), la zakat (aumône), le hajj (pèlerinage), jeûner son mois de Ramadan etc. S’il s’occupe par cela, alors, il sera sur un bien immense !

Puisse Allah Le Tout Puissant préserver la communauté musulmane, la guider sur le droit chemin et accorder une bonne fin à tous.

Umm Abdirrahman

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.