Comment apprendre l'arabe

Le rempart que construisit Dhoul Al Qarnayn entre deux montagnes

Le mai 26, 2022 — 8 minutes de lecture

Dans le Noble Coran, la Parole d’Allah qu’Il a révélée à Son Prophète et Messager Mouhammad, sallaLlahu ‘alauyhi wa sallam, nous trouvons de nombreux récits mettant en lumière des événements du passé particulièrement inspirants et intéressants. Parmi eux, il y a celui de Gog et Magog, connus en Islam comme étant deux peuples voulant répandre le mal et la corruption sur terre. D’ailleurs, lorsque l’Heure approchera, appelée par certains « la fin du monde« , ils réapparaîtront et s’accapareront les biens des hommes.

Qui sont donc les Gog et Magog en Islam, également appelés « Ya’joûj » et « Ma’joûj » ? Sont-ils cités dans le Saint Coran ? Si oui, dans quelles sourates ? Nous vous répondons dans la suite de cet article in cha Allah !

 

Dhoul Al Qarnayn et la rencontre du peuple installé au pied de deux montagnes

Dans le Coran, de nombreux versets et sourates font référence à ces deux peuples particulièrement hostiles et néfastes. Par exemple, dans la sourate Al Kahf (sourate coranique La Caverne), Allah nous donne des informations concernant la vie de Dhou Al Qarnayn, un homme pieux et bon, serviteur d’Allah qui profita de larges pouvoirs et bienfaits dans ce bas monde.

À ce sujet, l’imam et exégète Ibn Kathîr, qu’Allah lui fasse miséricorde, explique dans son Tafsîr :

« On interrogea ‘Ali concernant Dhou Al Qarnayn et il répondit : « C’était un serviteur totalement dévoué à Allah et Allah le lui rendit. Il appela son peuple à Allah. »

Il explique également :

« [Il lui] a été accordé un royaume immense en lequel il jouissait de tout ce qu’on accorde aux rois comme pouvoir, armées, armes de guerre, et c’est pourquoi il posséda l’Orient et l’Occident, conquit les terres, les rois se soumirent à lui, les communautés arabes et non arabes se mirent à son service. »

C’est dans ce contexte que nous apprenons dans la sourate Al Kahf que cet homme pieux voyagea à travers différentes contrées. Lors de l’un de ces voyages, il rencontra un peuple qui lui demanda de construire une barrière afin de protéger ses membres des peuples de Gog et Magog… Une histoire connue en Islam…

 

Gog et Magog : qui sont-ils ?

En langue arabe, nous les appelons يَأْجُوج et مَأْجُوج, et en retranscription phonétique : Ya’joûj et Ma’joûj. Il s’agit de deux peuples particulièrement mauvais qui causaient du tort à un autre peuple installé au pied de deux montagnes.

Dans le verset 94 de la sourate Al Kahf, Allah nous transmet les paroles dites par ce peuple auquel Ya’joûj et Ma’joûj portaient préjudice :

{Ils dirent : « ô Dhoul Al Qarnayn ! [Les peuples de] Gog et Magog sèment la corruption sur terre. Pourrais-tu, contre tribut, édifier une barrière entre eux et nous ? »}

Dans son Tafsîr, Ibn Kathîr commente explique :

« Allah informe que Dhoul Al Qarnayn emprunta une route depuis le Levant, {jusqu’à parvenir à une gorge formée par deux montagnes} immenses face à face entre lesquelles se trouvait une brèche de laquelle sortaient les peuples de Ya’joûj et Ma’joûj pour déferler sur les terres turques, y répandre la corruption et décimer les cultures et le bétail. »

 

Dhoul Al Qarnayn construit une barrière contre Ya’joûj et Ma’joûj

Dans les versets suivants de la sourate Al Kahf, nous apprenons que Dhoul Al Qaranayn parvint à construire une barrière que les peuples de Gog et Magog ne réussirent pas à franchir. Allah dit, dans les versets 97, 98 et 99 :

{Ainsi, [Ya’joûj et Ma’joûj] ne purent l’escalader ni le percer. Il dit : « C’est là une miséricorde de la part de mon Seigneur ! Mais lorsque la promesse de mon Seigneur surviendra, Il le réduira en poussière, et la promesse de mon Seigneur est inéluctable. En ce jour, Nous les laisserons déferler comme les flots les uns sur les autres. On soufflera alors dans la Trompe et Nous rassemblerons toutes les créatures.}

Ibn Kathîr commente ce passage du Saint Coran en disant :

« Ils déferleront sur les hommes et s’accapareront leurs biens. Tout ceci surviendra avant le Jour de la Résurrection et après l’apparition du faux Messie. »

Ainsi, nous comprenons bien que ces deux peuples parviendront un jour à percer cette grande barrière construite par Dhoul Al Qarnayn et causeront de nombreux troubles sur terre. Et nous demandons à Allah de nous préserver de leur mal, Il est certes capable de toute chose.

 

« Malheur à nous ! Nous y avons été inattentifs ! »

Dans la sourate Al Anbiyâ’ (sourate Les Prophètes), nous trouvons un autre passage faisant mention de ces deux peuples connus par la communauté musulmane et les croyants. Allah dit, aux versets 95 à 97 :

{Il est impossible aux habitants d’une cité que Nous avons fait périr de revenir [à la vie d’ici-bas], jusqu’à ce que soient relâchés les peuples de Gog et Magog et qu’ils déferlent de toute hauteur. La véritable promesse sera alors imminente, les regards de ceux qui auront mécru se figeront et ils diront : « Malheur à nous ! Nous y avons été inattentifs. Bien plus, nous étions transgresseurs ! »}

Ibn Kathîr, savant du monde musulman, commente ce passage concernant ces peuples mauvais en disant :

« Ainsi, ils se précipiteront vers la corruption. En informe Celui qui sait ce qui était et ce qui sera, et qui connait les secrets des cieux et de la terre. Il n’y a de divinité digne d’adoration que Lui. »

Par conséquent, nous comprenons bien que ces deux peuples parviendront à sortir un jour, peu avant l’avènement de l’Heure et du Jour de la résurrection.

 

Gog et Magog cités dans la Sunnah

Dans la Sunna (ou « Sounnah », « Sounna ») de notre Prophète et Messager ﷺ, nous trouvons également des hadiths prophétiques en lien avec Ya’joûj et Ma’joûj.

Ainsi, dans un hadith rapporté par Al Boukhari et Muslim, Zaynab bint Jaḥsh (qu’Allah l’agrée) relate que le Prophète ﷺ entra [un jour] en disant :

« Il n’est de divinité qu’Allah ! Malheur aux Arabes ! Un mal arrivera bientôt ! Aujourd’hui, le rempart de Gog et Magog a été ouvert comme ceci ! » Il fit alors un cercle avec son pouce et son index. Je dis : « Ô Messager d’Allah ! Périrons-nous, alors qu’il y a parmi nous des vertueux ? – Oui ! répondit-il, dès lors que le vice proliférera ! »

 

Ya’joûj et Ma’joûj seront parmi les gens de l’Enfer

Dans un hadith rapporté par Al Boukhari, on apprend que les peuples de Gog et Magog, en Islam, font partie des gens qui iront en Enfer. En effet, le Prophète et Messager d’Allah ﷺ a dit :

« Allah dira (au Jour du jugement) :

« Ô Adam ! Adam répondra :

– Me voilà, pour te satisfaire, tout le bien est entre Tes Mains ! Alors Allah dira (à Adam) :

– Rassemble les gens de l’Enfer ! Adam dira :

– Quelles sont les personnes du feu ? Allah dira :

– Sur chaque 1 000, 999 (personnes). »

À ce moment-là, les enfants deviendront vieux et toute femme enceinte avortera ce qu’elle portait. Et vous verrez les gens comme s’ils étaient ivres, bien qu’ils ne sont pas ivres, mais le châtiment d’Allah sera très sévère. Ces nouvelles eurent un effet terrible sur les Compagnons. Ils dirent :

« Ô Messager d’Allah ! Qui parmi nous sera cet homme-là (le seul sauvé sur mille) ?  Il dit:

– Ayez la bonne nouvelle que les 1 000 seront de Gog et Magog, et le sauvé, de vous. Le Prophète ﷺ ajouta :

– Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, j’espère que vous (les musulmans) serez un tiers des gens du Paradis. » En entendant cela, les Compagnons glorifièrent Allah, Le louèrent et dirent : « Allahu Akbar ». Il ﷺ dit :

« Par Celui qui détient mon âme dans Sa Main, j’espère que vous serez la moitié du peuple des gens du Paradis. Vous êtes – par rapport aux autres communautés – comme un poil blanc sur la peau d’un bœuf entièrement noir ou comme une tache ronde sans poils sur la patte d’un âne. »

 

La lecture du Coran, un bienfait pour tout musulman

En lisant le Coran (chez soi, à la mosquée…) avec attention, tout en lisant le Tafsîr (livre islamique commentant le sens des versets), chaque croyant part à la découverte de nombreux enseignements et de divers récits grandement bénéfiques pour sa foi.

Bien des versets du Coran traitent d’autres sujets tout aussi profitables comme l’importance du pèlerinage, de la bénédiction du jeûne du mois de Ramadan, de la Prophétie, de l’histoire de la construction de la Kaaba (en actuelle Arabie saoudite), du danger de Satan…

En plus du Saint Coran et de son exégèse, il est vivement recommandé au musulman et à la musulmane de lire des ouvrages sur la croyance (dogme du monothéisme, Tawhid), sur le fiqh ou encore, sur l’histoire de l’Islam, mettant en lumière l’histoire de chaque calife, successeur du Prophète Mouhammad ﷺ.

Autant de lectures profitables pour le musulman souhaitant élargir sa connaissance théologique, raffermir sa foi et se rapprocher d’Allah ‘aza wa jall.

Sophie

Dans la même catégorie

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.