Priere musulman

Comment faire le gousl avec les cheveux des femmes ?

Le novembre 22, 2021 , mis à jour le novembre 20, 2021 — 5 minutes de lecture

Les grandes ablutions

Faire ses ablutions pour accomplir la prière est une obligation. Afin d’accéder à cet état de pureté rituelle, la femme musulmane doit se purifier, c’est ainsi qu’elle sera en mesure de faire sa prière.

Les grandes ablutions pour la femme consistent à faire une grande toilette en nettoyant soyeusement les parties intimes afin de se débarrasser des souillures. Ce rituel consiste à se laver le corps entier selon notre sounnah.

Afin de procéder à la purification, de la tête au pied, il lui faudra se verser de l’eau sur tout le corps y compris ses cheveux mais notre chevelure peut être difficile à gérer, et c’est en ce sens qu’Allah le Très Haut nous a facilité par le biais de son Noble prophète, paix et salut d’Allah sur lui.

 

En général

 

Le fait de mouiller toutes les parties du corps, y compris la peau du crâne que les cheveux soient longs ou courts est exigé dans le Ghousl obligatoire, grande purification ou grand lavage, aucun avis ni preuves ne varient sur ce point. Il est primordial de faire parvenir l’eau jusqu’aux racines des cheveux, même si la chevelure est dense.

 

Les tresses

 

Néanmoins, la majorité des savants sont d’avis à ce qu’il faille laver également la longueur de la chevelure, d’après eux, cela ne comporte aucune difficulté car l’important est de faire en sorte que les cheveux soient mouillés sans pour autant défaire les tresses.

 

En effet, dans ce hadith, Muslim a rapporté d’après Oum Salama, qu’Allah soit satisfait d’elle, qu’elle a dit au Prophète,  :

« Je suis une femme qui se tresse les cheveux, dois-je les défaire quand je fais le lavage de la purification majeure ? Le Prophète, ,  m’a répondu : « Il te suffit de verser trois fois l’eau sur ta tête, ensuite verse l’eau sur tout ton corps. En faisant ainsi, tu seras purifiée. »

Tirmidhi dans ses Sounanes a dit : « Ce hadith est bon et authentique et les oulémas l’ont mis en pratique. Pour eux, quand la femme fait le bain de la purification majeure (Djanaba), elle n’a pas à défaire ses cheveux, il suffit qu’elle verse l’eau sur sa tête ».

 

L’avis des savants

 

La majorité des oulémas ont fait prévaloir le fait que la femme doit défaire ses tresses quand il s’agit du Ghousl relatif aux menstrues. La différence entre les deux Ghousl issu des rapports intimes peut se répéter souvent d’où l’autorisation de ne pas défaire les cheveux tressés par allégement, tandis que le second (issu de la purification après les menstrues) est moins fréquent, généralement une fois par mois.

 

Le risque de ne pas faire ses grandes ablutions correctement

 

L’accomplissement de ce rituel est important, c’est que permettra d’accéder à l’état de pureté pour faire la prière. C’est pour cette raison qu’il est dit que si la femme lave ses cheveux pour le Ghousl d’une façon qui n’est acceptée par la Chariâ, elle doit refaire toutes les prières qu’elle a accomplies suite à ce Ghousl et si elle ne connaît pas leur nombre exact, elle devra, par précaution, choisir l’estimation la plus élevée. Il vaut mieux donc faire en sorte de respecter les règles à ce sujet.

 

Comment procéder?

 

D’après Aïcha, la mère des croyants, qu’Allah l’agrée :

« Quand le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) prenait le bain rituel consécutif aux rapports intimes, il commençait par se laver les mains puis il puisait de l’eau avec sa main droite et la déversait dans sa gauche pour laver son sexe. Ensuite, il procédait aux ablutions faites pour la prière. Puis il puisait de l’eau et introduisait ses doigts jusqu’aux racines des cheveux. Quand il était sûr de les avoir bien atteints, il déversait trois poignées d’eau sur sa tête puis en inondait le reste de son corps puis il se lavait les pieds. »

Hadith rapporté par Mouslim, 474

Cheikh Ibn Outhaymine dit dans son commentaire de Boulough al-maram (p. 399) : « Le hadith indique qu’il faut, dans le cadre du bain rituel en question, faire parvenir l’eau aux racines des cheveux, même si la chevelure est dense. C’est ce qu’indique le geste du Prophète qui a consisté à introduire ses doigts dans ses cheveux et à y déverser trois poignées d’eau. Il n’existe aucune différence à cet égard entre l’homme et la femme. »

 

Les divergences

 

En résumé, la divergence à ce sujet est bien réelle. Mais, l’avis prépondérant est qu’il faut que la femme défasse ses tresses dans le cadre du bain rituel de fin de cycle menstruel mais ne doit pas les défaire dans celui consécutif aux rapports sexuels. La différence entre les deux bains est évidente puisque la fréquence du dernier rend difficile de défaire les tresses au matin pour les refaire au soir ou inversement. Quant au premier bain, on ne le prend qu’une fois par mois. Ce qui fait que la dissolution des tresses y est plus facile…

Allah le Très Haut sait mieux.

Sabah

Dans la même catégorie

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.