Comment apprendre le coran

Récitation et méditation du Saint Coran

Par Sophie , le septembre 24, 2021 , mis à jour le septembre 28, 2021 — 7 minutes de lecture

La lecture, la récitation et la méditation du Saint Coran renferment de nombreux bienfaits pour tout musulman à la recherche de la satisfaction et de l’agrément d’Allah ﷻ. D’ailleurs, se trouvent dans le Mushaf des sourates protectrices, accordant guérison et miséricorde au croyant. Raison supplémentaire de connaître la langue arabe afin de réciter les sourates du Coran correctement.

En effet, Allah dit dans un verset Coranique de la sourate Al Isra’ (traduction rapprochée) :

{Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes.}

Ainsi, il est important de lire le Coran régulièrement afin de bénéficier de cette protection et miséricorde présentes dans les Versets du Coran et de se préserver de tout châtiment.

De plus, il est également rapporté dans des hadiths authentiques que certaines sourates sont protectrices. Parmi les sourates protégeant le croyant, on trouve la sourate Al-Ikhlâs, la sourate Al-Falaq et la dernière du Moushaf, la sourate An-Nâs. Ainsi, en multipliant la récitation de passages de la Parole d’Allah ﷻ, le musulman bénéficie de nombreux bienfaits.

 

Les bienfaits des sourates protectrices

Dans de nombreux hadiths, le Prophète ﷺ a appelé les deux dernières sourates du Coran les « protectrices ».

Parmi les récits provenant de la Sounna, on retrouve celui rapporté par Aboû Dâwoûd et authentifié par Cheikh Al-Albani dans lequel le Prophète Mohammed ﷺ explique à ‘Abd Allah Ibn Khoubayb qu’il doit dire : « Qul huwa Allahu Ahad » et les « deux protectrices » trois fois le matin et l’après-midi, et que celui lui suffira contre toute chose.

Ici, l’expression « les deux protectrices » fait référence aux sourates An-Nâs et Al-Falaq.

Dans une autre tradition prophétique, le Prophète Mouhammad ﷺ s’est adressé à ‘Ouqba Ibn ‘Amir en lui recommandant de réciter les sourates protectrices An-Nâs et Al-Falaq à chaque fois qu’il se couche le soir et à chaque fois qu’il se lève le matin. Le Messager d’Allah ﷺ a par ailleurs ajouté que personne n’a cherché protection par une chose meilleure que ces deux sourates coraniques.

D’après ‘Oqba Ibn ‘Amir (qu’Allah l’agrée), le Prophète ﷺ a dit :

« Ô ‘Oqba ! Ne vais-je pas t’apprendre les deux meilleures sourates qui n’ont jamais été récitées ? Il s’agit de « Qoul A’oudhou Bi Rabil Falaq » et « Qoul A’oudhou Bi Rabi Nas ». Ô Oqba ! Lis-les à chaque fois que tu dors et à chaque fois que tu te lèves, personne n’a demandé ou n’a cherché protection par quelque chose de meilleur que ces deux sourates. »

(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Al-Albani dans Sahih Al-Jami n°7948)

 

La sourate Al-Falaq

Concernant l’une de ces deux sourates protectrices, la Sourah Al-Falaq, le Prophète ﷺ a rajouté une information supplémentaire dans un autre hadith authentique. En effet, il a expliqué à ‘Ouqba Ibn ‘Amir que s’il peut réciter cette sourate à chaque prière alors, qu’il le fasse. Le dernier des Messagers a d’ailleurs expliqué qu’il s’agit de la sourate la plus aimée d’Allah ‘aza wa jall et la plus éloquente auprès de Lui.

D’après ‘Oqba Ibn ‘Amir (qu’Allah l’agrée) : J’ai dit au Messager d’Allah ﷺ :

« Apprends-moi des versets de la sourate Houd et de la sourate Yoûsouf. Le Prophète ﷺ m’a dit :

– Ô ‘Oqba Ibn ‘Amir ! Tu ne récites pas une sourate qui est plus aimée par Allah et plus éloquente auprès de Lui que lorsque tu lis « Qoul A’oudhou Bi Rabil Falaq ». Si tu peux faire en sorte de la réciter à chaque prière, alors, fais-le. »

(Rapporté par Al-Hakim et authentifié par Cheikh Al-Albani dans Sahih Targhib n°1485)

 

Comment mettre en application les recommandations du Prophète Mohammed ﷺ ?

Pour le musulman souhaitant mettre en application la Sunna de son Prophète et Messager ﷺ et bénéficier ainsi de la protection d’Allah, il doit suivre quelques conseils islamiques.

Tout d’abord, dans un hadith rapporté par Al-Boukhari et Mouslim, ‘Aïcha, qu’Allâh l’agrée, a dit que lorsque le Prophète ﷺ se mettait au lit, il joignait ses deux mains ouvertes, y postillonnait sans émettre de salive et y récitait les trois dernières sourates du Coran.

Ensuite, il passait ses mains sur tout ce qu’il pouvait atteindre de son corps, en commençant pas sa tête et son visage. Aïcha, qu’Allah ﷻ l’agrée, ajoute qu’il faisait cela trois fois de suite.

Dans un autre récit prophétique rapporté par Mouslim, Aïcha précise que lors de l’agonie du Messager d’Allah ﷺ, c’est elle-même qui lui récitait les sourates protectrices en soufflant dans les mains du Prophète ﷺ et en les lui passant sur son corps. Car, comme elle le précise, les mains du Prophète étaient plus bénies que les siennes.

 

D’autres sourates du Noble Coran ayant des bienfaits protecteurs

En plus des sourates protectrices que nous venons de citer, il existe d’autres passages coraniques reconnus comme protégeant le croyant de nombreux maux.

  • Tout d’abord, concernant la sourate Al-Fâtiha, on lui attribue de nombreux bienfaits. D’après Al-Boukhârî, dans un hadith rapporté par l’intermédiaire d’Ibn ‘Abbâs, un compagnon fit la Roqya avec la Sourate Al-Fatiha à un chef de tribu qui avait été mordu par un reptile. Celui-ci a  guéri par la permission d’Allah ﷻ. Les Compagnons interrogèrent alors le Prophète  ﷺ au sujet de cette méthode. Celui-ci rit et répondit :

« Qui t’a fait savoir que la Fâtiha est une Rouqya ? » Tout en validant cela.

(Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim)

 

  • Un autre passage du Coran est très bénéfique pour la communauté musulmane : il s’agit d’un des versets présents dans la Parole d’Allah : le verset « Ayat Al-Kursy », se trouvant dans la Sourah Al-Baqarah. Dans un hadith rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Al-Albani, Oubay raconte avoir reçu la visite d’un djinn durant une nuit. Le Compagnon lui demanda :

« Qu’est-ce qui peut nous sauver de vous ? Et le djinn lui répondit alors :

– Ce verset qui est dans la sourate Al-Baqarah : « Allahou La Ilaha Illa Houwal hayoul Qayoum » (Ayat Al-Kursy). Celui qui le récite l’après-midi est protégé de nous jusqu’au matin et celui qui le récite le matin est protégé de nous jusqu’à l’après-midi. »

Le lendemain, Oubay est parti voir le Messager ﷺ et lui a raconté cet échange peu commun. Suite à cela, le Prophète ﷺ a répondu que ce djinn avait dit vrai.

 

  • Enfin, une autre sourate protégeant le musulman est la sourate Al-Moulk. En effet, dans un hadith Sahih rapporté par Aboû Cheikh, le Prophète ﷺ a dit que cette sourate protège des châtiments de la tombe.

D’après ‘Abdallah Ibn Mas’oud (qu’Allah l’agrée), le Prophète ﷺ a dit : « La sourate Tabarak est l’empêcheuse du châtiment de la tombe. »

(Rapporté par Aboû Cheikh et authentifié par Cheikh Al-Albani dans la Silsila Sahiha n°1140)

 

Ainsi, la religion islamique recommande aux croyants d’écouter et de lire le saint Coran régulièrement, en ayant de préférence ses ablutions, et de réciter avec une intention sincère et pure les sourates protectrices à différents moments de la journée. Vous pouvez également lire le Coran en français, du moins sa traduction rapprochée, afin de mieux comprendre le Livre sacré et les préceptes de la religion musulmane.

En ce qui concerne la récitation du Livre d’Allah, il est important de bien savoir prononcer les lettres de la langue arabe et de méditer sur son contenu. En se rappelant notamment qu’Allah a fait descendre le Coran en entier sur le dernier des Messagers, Mohammed, par l’intermédiaire de l’ange Jibrîl, ‘alayhi salam. Réciter le Coran complet, le méditer, l’enseigner, le mémoriser sont autant d’actes d’adoration permettant au croyant d’obtenir l’agrément de son Seigneur.

Sophie

Dans la même catégorie

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.