Comment apprendre le coran

Le noble Coran : le Livre discernant le Vrai du Faux

Le octobre 23, 2022 — 11 minutes de lecture

Les sourates du Coran se suivent les unes les autres dans le Moushaf et abordent des thèmes souvent très variés mais tout aussi bénéfiques. Parmi celles-ci, certaines mettent l’accent sur la croyance, l’Unicité, le dogme, tandis que d’autres mettent en avant le récit de certains de nos Prophètes ou encore des règles religieuses à respecter concernant le licite et l’illicite. La sourat Al Furqan fait partie de ces sourates particulièrement riches en enseignements pour le croyant et la croyante. Partons donc ensemble à sa découverte.

 

Le Coran : La Parole d’Allah révélée au dernier des Prophètes et Messagers

Comme vous le savez sans doute déjà, le Noble Coran est la Parole d’Allah qu’Il a descendue sur Son dernier Prophète et Messager, Mouhammad ﷺ, par l’intermédiaire de l’Ange Jibrîl, ‘alayhi salam. Le Coran a été révélé durant la Nuit du Destin puis, est descendu sur le dernier des Prophètes ﷺ progressivement, au fil des événements, sur une période de 23 ans.

Composé de 114 sourates, le Livre d’Allah débute par la sourate Al Fatiha et se termine par An-Nâs. Chaque jour, il est lu dans le monde entier par des millions de musulmans et de musulmanes qui n’hésitent pas à le réciter, le mémoriser, le méditer, le mettre en pratique et l’enseigner.

Récitation des versets du Coran, étude du Tafsîr (exégèse), mémorisation, lecture du Coran, psalmodie en langue arabe… Le musulman et la musulmane à la recherche de l’agrément d’Allah redoublent d’efforts et multiplient les récitations de ce Livre sacré dès qu’ils en ont la possibilité. À la mosquée, dans un centre islamique, après la prière derrière l’imam, en attendant le sermon du vendredi, à la maison, seul ou en famille, durant le mois de Ramadan… Les occasions de lire le Coran ou d’apprendre le Coran sont bien nombreuses !

D’ailleurs, la lecture du Saint Coran fait partie des actes d’adoration permettant de se rapprocher de notre Créateur, Allah, le Seigneur des mondes. Et nous demandons à Allah de nous compter parmi les pieux qui récitent Sa Parole. Il est Celui qui entend les invocations. Partons maintenant à la découverte de la sourat Al Furqan et de quelques-uns de ses enseignements.

 

Sourat Al Furqan : la 25ème sourate du Saint Coran

La sourate Al-Fourqâne, écrite en langue arabe  الفرقان, se trouve en 25ème position dans le Moushaf. Il s’agit d’une sourate dite mecquoise. Cela signifie qu’elle a été révélée avant que le Prophète ﷺ n’accomplisse la Hijra en direction de Médine.

La période mecquoise est une période sensiblement différente de la période de révélation médinoise. En effet, durant cette période précédant l’hégire, le Prophète ﷺ faisait face à des interlocuteurs particulièrement orgueilleux, entêtés et durs et l’accent était mis sur la croyance authentique, le dogme du monothéisme.

« Ce qui prédomine dans le Mecquois est l’établissement du monothéisme et de la croyance saine, particulièrement en ce qui concerne l’Unicité dans l’adoration et la croyance en la Résurrection. Car la plupart des destinataires niaient cela. »

[« Le Coran et la traduction du sens de ses versets », Introduction, éditions Tawbah]

Parfois traduite par « Le discernement » ou par « Le critère », la sourate الفرقان est donc une sourate mecquoise, se composant par ailleurs de 77 versets coraniques. Parmi les thématiques qui y sont abordées, nous pouvons citer :

  • la révélation progressive du Saint Coran,
  • l’ignorance des polythéistes,
  • les affres du Jour de la Résurrection,
  • le rejet des Prophètes et Messagers par leur peuple,
  • des preuves de l’existence d’Allah,
  • quelques caractéristiques des serviteurs d’Allah.

 

La révélation progressive du Saint Coran

Au tout premier verset de cette sourate, il est dit que le Saint Coran a été révélé graduellement, progressivement. En effet, Allah dit, dans une traduction rapprochée du sens :

{Infinie est la bénédiction de Celui qui a révélé graduellement à Son serviteur le Critère, afin qu’il soit un avertisseur pour l’univers.}

Dans son exégèse, le savant Ibn Kathîr explique : « Les Livres précédents étaient révélés en une seule fois, alors que le Coran fut révélé graduellement, par fragments, verset après verset, règle après règle, sourate après sourate. Ce qui montre plus d’éloquence et d’attention envers le Livre et envers celui à qui il est révélé. »

Puis, il ajoute : « C’est pourquoi Il l’a nommé ainsi : الفرقان, car il permet de discerner entre la vérité et le faux, la guidée et l’égarement, le fourvoiement et la droiture, le licite et l’illicite. » [L’Authentique de l’exégèse d’Ibn Kathîr]

Ainsi, Al Furqan est un des noms du Saint Coran, au même titre qu’Al Qur’ân, Al Kitâb, At-Tanzîl ou encore Adh-Dhikr. Le Coran en entier est الفرقان, il permet de discerner la vérité du faux et le licite de l’illicite. Et les louanges reviennent de droit à Allah.

 

L’ignorance des polythéistes

Autre thématique abordée dans cette noble sourate : l’ignorance des polythéistes qui préférèrent se tourner vers l’adoration d’idoles au lieu d’adorer Allah, le Divin, l’Unique, le Seul méritant l’adoration. Au troisième verset, Allah dit :

{Mais ils ont adopté en dehors de Lui des divinités qui ne créent rien et sont elles-mêmes créées, qui ne peuvent pour elles-mêmes ni mal ni bien, et qui ne peuvent donner ni la mort, ni la vie, ni ressusciter.}

Ibn Kathîr commente dans son exégèse : « Allah informe de l’ignorance des polythéistes qui adoptent des divinités en dehors d’Allah, le Créateur de toute chose, le Détenteur des rênes de toute chose, Celui qui, lorsqu’Il veut une chose, elle survient. Et lorsqu’Il ne veut pas, elle ne survient pas. Malgré tout, ils adorent avec Lui des statues qui ne peuvent pas même créer l’aile d’un moustique. Elles-mêmes sont créées et ne possèdent pour elles-mêmes ni tort ni bien. Alors, comment le possèderaient-elles pour leurs adorateurs ?} [L’Authentique de l’exégèse d’Ibn Kathîr]

Et nous demandons à Allah de nous guider et de nous compter parmi ceux qui purifient leur croyance. Il est certes capable de toute chose.

 

Les affres du Jour de la Résurrection

Parmi les thèmes mis en lumière dans cette sourah, il y a également le Jour de la Résurrection et ses affres. Aux versets 27, 28 et 29, on peut lire :

{Le Jour où le transgresseur se mordra les deux mains et dira : « Si seulement j’avais suivi le chemin du Messager !} {Malheur à moi ! Si seulement je n’avais pas pris untel pour ami !} {[Par Allah !] Il m’a égaré du Coran après qu’il me soit parvenu. » Ainsi, Satan trompe l’homme, puis l’abandonne.}

Ibn Kathîr dit dans son explication du texte coranique : « Allah informe des affres du Jour de la Résurrection et des événements terribles qui s’y produiront, parmi lesquels le fait que le ciel soit déchiré par des nuages qui seront d’immenses nuées de lumière qui éblouiront les regards. Descendront également des cieux les anges qui entoureront les hommes sur le lieu du rassemblement. Ensuite, le Seigneur viendra pour juger entre les créatures. » [L’Authentique de l’exégèse d’Ibn Kathîr]

SubhanAllah.

 

Les peuples précédents ont aussi rejeté leurs Prophètes

En lisant la sourat Al Furqan, il est intéressant de découvrir que les peuples qui nous ont précédés ont rejeté leurs prophètes, tout comme le fut le dernier Messager, Mouhammad ﷺ. Ainsi, le peuple de Moïse, celui de Noé et bien d’autres, rejetèrent leurs prophètes et leur tournèrent le dos. Allah dit, aux versets 35, 36 et 37 :

{[Par Allah !] Nous avons accordé à Moïse le Livre et l’avons fait assister de son frère Aaron.} {Nous leur avons dit : « Allez tous deux trouver ce peuple qui dément Nos signes. » [Mais ils les rejetèrent], Nous les avons alors complètement anéantis.} {[Mentionne également] le peuple de Noé, lorsqu’ils démentirent les Messagers, Nous les noyâmes et fîmes d’eux une exhortation pour les hommes. Nous avons préparé pour les transgresseurs un châtiment douloureux.}

Ibn Kathîr dit en commentaire de ces versets : « Allah menace ceux qui démentent Son Messager Mouhammed ﷺ et s’opposent à lui parmi les polythéistes de son peuple, en les menaçant de Son châtiment douloureux qui a déjà frappé les communautés précédentes qui démentaient Ses Messagers. »

 

Quelques preuves de l’existence d’Allah

Aux versets 45, 46 et 47, Allah donne des preuves de Son existence en citant différents signes. Il est Celui qui crée toute chose. Il dit :

{N’as-tu pas vu comment ton Seigneur étend l’ombre ? S’Il avait voulu, Il l’aurait faite immobile. Et Nous avons fait du soleil un moyen de connaître l’état de l’ombre.} {Puis, Nous la faisons disparaître en la ramenant progressivement vers Nous.} {C’est Lui qui, pour vous, a fait de la nuit un vêtement, du sommeil un repos et du jour un retour à la vie.}

Ibn Kathîr explique au sujet de ce passage : « Allah commence ici à mentionner les preuves de Son existence et Son pouvoir absolu à créer des choses différentes et opposées. »

Une occasion pour le musulman et la musulmane de méditer sur la Puissance d’Allah et Son omnipotence. Il crée certes ce qu’Il veut.

 

« Place ta confiance en Le Vivant qui ne meurt point ! »

Au verset coranique 58, Allah dit à Son Prophète Mohamed ﷺ :

{Place ta confiance en Le Vivant qui ne meurt point et célèbre donc Sa gloire, Sa pureté et Sa louange. Sa parfaite connaissance des péchés commis par Ses serviteurs est largement suffisante.}

Ibn Kathîr explique ce passage en disant : « En toute chose, place ta confiance en Allah, le Vivant qui ne meurt point, l’Éternel, le Perpétuel, le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-même et dont aucune créature ne peut se passer. Le Seigneur et Maître de toute chose. Fais de Lui ta provision pour l’au-delà et ton refuge. Il est Celui en lequel on place sa confiance et vers lequel on fuit. Il te suffit, te soutient et t’accorde la victoire. »

Allah est certes le Maître de toute chose. Il est Celui vers Lequel on fuit. Et nous Lui demandons d’accepter notre repentir et de raffermir notre foi.

 

Le verset de la prosternation

Dans cette sourate, nous trouvons par ailleurs, un verset de la prosternation. Il s’agit d’un verset à l’issue duquel il est demandé à celui qui le lit, le récite ou l’écoute de se prosterner. Il s’agit du 60ème verset dans lequel Allah dit :

{Lorsqu’on leur dit : « Prosternez-vous devant le Miséricordieux ! », ils disent : « Qui est le Miséricordieux ? Nous prosternerons-nous sur ton ordre ? » Et ceci ne fait qu’augmenter leur répulsion [pour la foi].}

Ibn Kathîr, qu’Allah lui fasse miséricorde, commente ainsi : « Il est Allah et Il est le Miséricordieux. […] Quant aux croyants, ils adorent Allah qui est le Miséricordieux, Celui qui fait miséricorde. Ils reconnaissent qu’Il est un Dieu unique et se prosternent devant Lui. Les savants sont unanimes pour dire qu’il est légiféré de se prosterner à ce passage pour qui récite et écoute ce verset, comme cela est établi en son endroit. Et Allah est plus savant. »

 

Quelques caractéristiques des serviteurs d’Allah

Enfin, un autre passage riche en bienfaits et en enseignements se trouve à la fin de la sourate. Aux versets 63, 64 et 65, Allah dit :

{Les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre et qui, lorsque les ignorants leur adressent [des propos mauvais] ne leur répondent que par de bonnes paroles ;} {ceux qui passent la nuit prosternés et debout en prière devant leur Seigneur ;} {ceux qui disent : « Seigneur ! Épargne-nous le châtiment de l’Enfer car son châtiment est permanent.}

Ibn Kathîr nous explique dans son Tafsîr : « Telles sont les caractéristiques des serviteurs d’Allah. {Qui marchent humblement}, c’est-à-dire, avec calme et dignité, sans arrogance ni orgueil. Ils marchent donc sans orgueil, fatuité ou vanité. […] Lorsque les ignorants se montrent malfaisants à leur égard, ils ne rendent pas la pareille. Mais ils pardonnent, ne tiennent pas rigueur et ne disent que du bien. »

 

Que les éloges et le salut d’Allah soient sur notre Prophète ﷺ, sur sa famille et sur l’ensemble de ses Compagnons.

Oum Mouhammed

Related Posts

None found

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.